France / Environnement

France: action coup-de-poing de Greenpeace à la centrale nucléaire de Tricastin

La centrale nucléaire de Tricastin, dans le sud de la France.
La centrale nucléaire de Tricastin, dans le sud de la France. AFP

Dans le sud de la France, une vingtaine de militants écologistes ont pénétré, ce lundi 15 juillet au matin, dans la centrale nucléaire du Tricastin montant sur les infrastructures entourant les réacteurs pour y déployer des banderoles. L’une d’elles était adressée directement au président français et à ses promesses de fermeture de centrale nucléaire : « François Hollande : président de la catastrophe ».

Publicité

Selon l'organisation antinucléaire Greenpeace, à 5h20 ce lundi matin, des militants de l'association ont pénétré dans la centrale nucléaire du Tricastin. Ils ont atteint en 15 minutes les réacteurs 1 et 3, sur lesquelles ils ont déployé des banderoles, où l'on pouvait lire : « Tricastin : accident nucléaire », « François Hollande : président de la catastrophe ? ». Dans le même temps depuis la berge d'en face d'autres activistes ont symbolisé la fragilité de cette centrale nucléaire en projetant une fissure en cours de formation sur le réacteur 1.

L'action spectaculaire a suscité un fort déploiement des forces de police qui ont mis plusieurs heures pour déloger les manifestants qui s'étaient enchainés au site, et pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres activistes sur place. Le ministère de l'Intérieur dit avoir interpelé 29 militants de nationalités diverses tout en soulignant que ces derniers n’avaient pas pu accéder aux zones sensibles de la centrale notamment à la salle des commandes.

Nous voulons attirer l’attention sur cette centrale de Tricastin que nous considérons comme prioritaire à la fermeture.

Yannick Rousselet

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail