France

France: l'enquête se poursuit pour déterminer les causes de l'accident de train dans l'Essonne

Le vieillissement du réseau ferré français est pointé du doigt dans la catastrophe de Brétigny-sur-Orge.
Le vieillissement du réseau ferré français est pointé du doigt dans la catastrophe de Brétigny-sur-Orge. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le bilan du déraillement d'un train dans l'Essonne vendredi est de six morts. Les opérations de déblayage se poursuivent depuis samedi et devraient s'achever ce mardi 16 juillet, tandis que le trafic reste paralysé sur la ligne C du RER et très perturbé au départ et à l'arrivée de la gare d'Austerlitz. Un premier train de voyageurs reliant Orléans à Paris doit traverser ce matin la gare de Brétigny-sur-Orge. Dans le même temps, Réseau ferré de France et la SNCF cherchent à déterminer les causes du drame.

Publicité

Trois jours après l'accident, l'heure est à l'enquête. Les éléments purement factuels sont désormais connus. Une éclisse – une sorte d'agrafe qui relie deux rails – s'est brisée et a heurté le cœur d'un aiguillage, provoquant le déraillement du quatrième wagon. En revanche, on ne connaît pas encore les raisons de ce dysfonctionnement. Comment cette pièce a-t-elle pu basculer ? C'est ce que cherchent à déterminer les trois enquêtes lancées par la justice, le ministère des Transports et la SNCF.

Des vérifications sont en cours

Alors que l'acte de sabotage est écarté pour le moment, c'est le vieillissement du réseau ferroviaire qui est pointé du doigt. Le président de Réseau ferré de France (RFF), Jacques Rapoport, assure que non. Selon lui, le vieillissement des équipements joue sur la performance, mais pas sur la sécurité. Principales concernées par cette vétusté : les lignes classiques, délaissées au profit de celles à grande vitesse.

Dans le doute, RFF et la SNCF ont pris des mesures d'urgence. Depuis hier, ils vérifient dans toute la France les 5 000 équipements qui répondent aux mêmes caractéristiques qu'à Brétigny-sur-Orge. Une opération qui devrait durer deux semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail