France

Mobilisation du monde agricole contre l'écotaxe sur les poids lourds

L'écotaxe pour les poids lourds entrera en vigueur le 1er  janvier.
L'écotaxe pour les poids lourds entrera en vigueur le 1er janvier. REUTERS/Issei Kato

Le monde agricole se mobilise, aujourd'hui à travers toute la France, contre l’écotaxe. Cet impôt s'appliquera à compter du 1er janvier à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes. Son but est d'inciter les entreprises à utiliser, pour le transport de marchandises, des transports plus écologiques.

Publicité

Les agriculteurs français auront-ils donc les poulets les plus taxés d'Europe !  A les entendre, oui ! En effet, l'écotaxe pourra être prelevée plusieurs fois pour un même produit . Par exemple, un poulet aura été taxé du transport du poussin vers le lieu d'élevage, du transfert de l'élevage vers l'abattoir, de l'abattoir vers les centres logistiques et enfin vers le magasin, soit 4 fois alors que le produit importé, lui, ne le sera souvent qu'à son arrivée en France. De quoi pénaliser un peu plus encore un secteur déjà en difficulté ! Le monde agricole se mobilisait donc ce mardi 22octobre à travers toute la France contre cette taxe qui a pour objectif d’inciter les entreprises à basculer vers des transports plus écologiques. Un mouvement à l'appel de la FNSEA, le principal syndicat agricole qui redoute les conséquences économiques de cette écotaxe.

Cette écotaxe a été décidée il y a 5 ans avec un objectif de privilégier le rail et le transport fluvial. Lorsqu'il y a des possibilités de le faire, nous n'y sommes pas opposés. Mais il faut que le gouvernement comprenne que ça ne peut pas s'appliquer de manière uniforme et aveugle partout. Toutes les petites voies départementales, communales, même certaines routes nationales qui servent à livrer les aliments des animaux vont faire l'objet de 4,5,6 taxations pour le même produit qui arrivera en rayon.../...C'est un handicap pour la production française.

Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA

Des aménagements ont d'ailleurs été décidés pour certaines régions, dans l'ouest en Bretagne, en Acquitaine et en Midi-Pyrénée dans le sud ouest de la France. Des réductions de 30 à 50% ont été décidées dans ces régions géopraphiquement pénalisées. Cette taxe doit rapporter un peu plus d'1 milliard d'euros par an. Les 2/3 seront réservés à l'Etat pour la construction de voies ferroviaires et fluviales, alternatives au transport routier. Les collectivités toucheront environ 160 millions d'euros, pour l'entretien du réseau, et 250 millions serviront à la gestion de l'écotaxe.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail