Accéder au contenu principal
France

Tuerie de Chevaline : la gendarmerie diffuse un portrait-robot

Le portrait-robot du motard vu le 5 septembre 2012, non loin du lieu du crime.
Le portrait-robot du motard vu le 5 septembre 2012, non loin du lieu du crime. REUTERS/Gendarmerie Nationale/Handout via Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En France, c'est un rebond dans l'enquête sur la tuerie de Chevaline, en Haute-Savoie. Le 5 septembre 2012, un Britannique d'origine irakienne, sa femme et sa belle-mère avaient été tués de plusieurs balles dans la tête sur un parking. Un cycliste avait également été tué. Alors que l'enquête piétine, le portrait-robot d'un mystérieux motard vient d'être diffusé. Signe particulier : il porte le bouc et un casque de moto assez rare.

Publicité

Les enquêteurs espèrent bien que le casque du fameux motard finira par parler, car il s'agit d'un modèle très rare. Il présente la particularité de s'ouvrir sur le côté afin de permettre au porteur d'entamer une discussion sans avoir à le retirer. Un modèle fabriqué à seulement quelques milliers d'exemplaires.

La recherche des fichiers clients des distributeurs n'a rien donné. Ce produit étant déjà ancien, bien peu de magasins ont conservé les traces d'achat.

Depuis longtemps, la présence de ce mystérieux motocycliste sur les lieux du crime est avérée, grâce notamment aux témoignages d'agents de l'Office national des forêts. Mais jusqu'à présent, les gendarmes avaient délibérément choisi de ne pas diffuser son signalement pour se donner plus de chance de confondre un éventuel suspect.

→ A (RE) LIRE : France: le mystère de la tuerie de Chevaline reste entier

Si les enquêteurs refusent de faire de ce motard le suspect numéro un de la tuerie de chevaline, il est néanmoins susceptible d'avoir fait ou vu quelque chose. D'ailleurs, précisent les responsables de la section de recherche de la gendarmerie, le fait que ce motard ne se soit jamais présenté aux enquêteurs laisse planer de fortes suspicions sur son éventuelle participation à la tuerie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.