France

France: à Oyonnax, François Hollande évoque le présent en invoquant l'Histoire

Le président français François Hollande, lors de son discours à Oyonnax, dans le sud-est de la France, le 11 novembre 2013.
Le président français François Hollande, lors de son discours à Oyonnax, dans le sud-est de la France, le 11 novembre 2013. REUTERS/Robert Pratta

Les commémorations de l'Armistice du 11 novembre 1918 ont eu lieu ce lundi matin à Paris sur les Champs-Elysées. La cérémonie était présidée par François Hollande qui a remonté l'avenue, avant de raviver la flamme de la tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe. En marge de ces célébrations, des heurts ont éclaté entre manifestants et la police. Près de 70 personnes ont été interpellées, qui seraient liées à l'extrême droite, selon le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. Francois Hollande s'est ensuite rendu à Oyonnax, dans l'Ain (est de la France), pour un hommage croisé aux combattants de la Première Guerre mondiale et aux résistants de la Seconde.

Publicité

Dans son discours prononcé à Oyonnax, où s'était déroulé en 1943 un des hauts faits de la Résistance (un défilé de maquisards sous le nez de l'occupant nazi), le chef de l'Etat n'a cessé de faire le lien entre le passé et les difficultés de la période actuelle. Adepte de l'anaphore - on se souvient du « Moi, président » -, il a repris cette figure de style pour rappeler les principes de la République, répondant ainsi implicitement aux manifestants qui l'avaient hué un peu plus tôt dans la matinée.

« Aujourd'hui, la République, c'est notre bien commun, c'est à nous de la faire vivre, de faire respecter la loi partout, une loi qui doit être la même pour tous », a martelé le président. « La République, c'est d'assurer l'égalité. La République, c'est de ne rien laisser passer face aux haines, aux intolérances, aux extrêmismes, aux racistes. Oui, c'est l'exigeance de ne jamais céder devant les pressions d'où qu'elles viennent.»

Puis François Hollande a fait une allusion aux derniers événements concernant la fronde anti-écotaxe. « Ce 11-Novembre est dédié aussi au rassemblement et à l'unité de la France, a-t-il affirmé, avec une référence à peine voilée au mouvement des bonnets rouges. « Notre pays ne peut rien quand il est morcelé, fractionné, divisé, en territoires, en catégories, en particularismes. Voilà pourquoi rien n'est plus indispensable que le dialogue, la responsabilité et le respect, car c'est la communauté nationale qui nous réunit tous, et je n'accepterai jamais qu'elle puisse être divisée. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail