Accéder au contenu principal
France

France: l'Unicef donne la parole aux enfants victimes d'exclusion sociale

Un enfant sur six se trouve dans une  situation «jugée préoccupante»d'exclusion sociale selon l'étude de l'Unicef.
Un enfant sur six se trouve dans une situation «jugée préoccupante»d'exclusion sociale selon l'étude de l'Unicef. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
2 min

Selon les résultats d’une enquête publiée par l’Unicef France, ce mardi 19 novembre, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, 17,7% des enfants français vivent dans « une situation d’intégration sociale précaire ». Les agents du Fonds des Nations unies pour l’enfance ont mené l’enquête auprès de 22 500 jeunes âgés de 6 à 18 ans, originaires de 73 villes. Les 300 questions auxquelles ces derniers ont répondu passent au crible différents aspects, notamment les conditions de vie, l’éducation, les loisirs ou encore la santé. Cette étude nous révèle quelques chiffres inquiétants sur l'enfance victime d’exclusion sociale.

Publicité

Par Clémentine Marchais

En France, un enfant sur six est victime d’exclusion. 7% d'entre eux souffrent même d'une exclusion extrême. 5% des jeunes de 6 à 18 ans interrogés affirment ne pas prendre trois repas par jours, contrairement à certaines idées reçues.

A l'école, le constat n'est pas mieux : plus de la moitié des enfants interrogés parlent d'être ennuyés, voire harcelés par leurs camarades. Pour relativiser ces constatations, n’oublions pas que les réponses données par les enfants montrent que leur intégration est très bien assurée pour la moitié d'entre eux.

Les problématiques de l’étude sont larges : 96% des enfants sont conscients d’avoir des droits ; 35% d’entre eux avouent que des adultes leur font peur. Seulement 67% estiment que les toilettes de leur école sont propres.

La spirale négative de l'exclusion sociale

L'un des auteurs du rapport de l’Unicef, le sociologue Serge Paugam, estime que les résultats n'autorisent pas à conclure que les jeux sont faits dès l'enfance en matière d'exclusion. Toutefois, selon lui, il y a un risque élevé que l'enfant reproduise le modèle social qu’il a reçu de ses parents, c’est-à-dire les conditions de vie ou l’éducation.

Une autre auteur, Catherine Dolto, pédiatre, parle même d'une « spirale négative dans laquelle sont entraînés les enfants et les familles défavorisés ». Ce n’est pas une grande nouvelle en soi mais c’est la première fois qu’une étude, chiffres à l’appui, le démontre.

Marie-Aleth Grard

Les politiques publiques de la France peu efficaces

D’autre part, l’Unicef précise que « La France est l'un des pays de l'OCDE qui dépense le plus pour ses enfants, sa protection sociale et son système éducatif ; pour autant, ces politiques ne parviennent pas à combattre efficacement les conséquences de la pauvreté et à enrayer le cercle vicieux de l'exclusion ». Cette enquête inquiétante vient conforter les conclusions d’une étude publiée en septembre par l’Insee qui indiquait que près de 2,7 millions d’enfants français vivent dans des familles pauvres. L’Unicef appelle à remettre les enfants et les adolescents au centre des politiques publiques et que celles-ci soient les plus transversales possible.

►A télécharger :

- le rapport complet de l'Unicef

- le questionnaire auquel ont répondu les participants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.