France / Culture

France: une campagne pour l’ouverture des bibliothèques le soir et le dimanche

La bibliothèque Sainte-Geneviève, près du Panthéon à Paris est ouverte jusqu'à 22h00 du lundi au samedi, une exception en France.
La bibliothèque Sainte-Geneviève, près du Panthéon à Paris est ouverte jusqu'à 22h00 du lundi au samedi, une exception en France. Bibliothèque Sainte-Geneviève/Michel Nguyen
Texte par : Christophe Carmarans
5 mn

A l’initiative de l’ONG Bibliothèques Sans Frontières, une campagne a débuté jeudi pour réclamer un accès plus étendu aux bibliothèques en France. Une pétition déjà signée par de nombreuses personnalités a été adressée aux pouvoirs publics. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti n’est pas contre. Reste à trouver les moyens nécessaires.

Publicité

C’est une exception culturelle dont la France se passerait bien. Le pays de Voltaire et de Victor Hugo est en effet en retard sur bien d’autres pour l’accessibilité du public aux bibliothèques, qu’elles soient universitaires ou municipales. « Avec des moyens en personnel à peu près semblables, la bibliothèque d’Amsterdam est ouverte 98 heures par semaine, les bibliothèques parisiennes 40 heures et les bibliothèques de province 30 heures » s’étonne l’historien et politologue Patrick Weil, fondateur et président de l’association Bibliothèques Sans Frontières qui est à l’initiative de l’appel « Ouvrons + les Bibliothèques » lancé jeudi 9 janvier.

Une question de moyens

A quelques mois des élections municipales, ce mouvement fait circuler une pétition qui demande aux pouvoirs publics d’étendre les horaires et les jours d’ouverture des bibliothèques en France. Déjà signées par de nombreuses personnalités comme les académiciens Dany Laferrière et Erik Orsenna, les écrivains Eliette Abecassis, Geneviève Brisac et Olivier Barrot, les historiens Benjamin Stora et Myriam Chopin ainsi que l’ex-footballeur Lilian Thuram, elle a été adressée aux différents ministères de tutelle (Enseignement, Education, Culture, Ville) ainsi qu’aux élus locaux et candidats aux prochaines élections municipales.

Aurélie Filippetti s'est dite favorable à un élargissement de l'amplitude d'ouverture des bibliothèques.
Aurélie Filippetti s'est dite favorable à un élargissement de l'amplitude d'ouverture des bibliothèques. REUTERS/Charles Platiau

Interrogée sur la chaîne i-Télé jeudi matin, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a estimé que cette initiative était « une bonne idée ». « Un travail est fait avec les collectivités pour élargir les amplitudes d’ouverture des bibliothèques. J’y suis favorable mais dans de bonnes conditions sociales, bien sûr » a-t-elle ajouté, rappelant que des bibliothèques comme celles de Beaubourg à Paris ouvraient le dimanche et que celle d'Angers (Maine-et-Loire) était ouverte au public 84 heures par semaine.

« L’Association des bibliothécaires de France est derrière nous », renchérit Patrick Weill. « Ils souhaitent un aménagement de leur temps de travail, une réorganisation de leur activité, qu’ils soient déchargés de tâches extrêmement fastidieuses - comme le catalogage qui peut maintenant être traité par des moyens informatiques - afin d’être plus proches de l’accueil du public et plus dédiés à cela ».

« Ouvrir deux heures de plus par jour et le dimanche, cela demanderait un poste en plus » souligne cependant au téléphone Elise Mascre qui dirige une petite bibliothèque municipale à Balma dans la banlieue de Toulouse. « Nous sommes 3,8 agents à travailler dans cette bibliothèque (une personne travaille à temps partiel, ndlr) car nous sommes une petite structure et vous comprenez tout de suite pourquoi nos horaires ne sont pas plus larges, précise-t-elle. Et compte tenu du personnel et des habitudes qui ont été prises, il ne serait pas envisageable de changer nos horaires ».

Une solution : la coopération

La bibliothèque centrale d'Amsterdam, aux Pays-Bas, est ouverte 98 heures par semaine.
La bibliothèque centrale d'Amsterdam, aux Pays-Bas, est ouverte 98 heures par semaine. Getty Images

Comme nombre de ses collègues, Elise Mascre n’est pourtant pas contre un élargissement des horaires. Mais si l’idée est bonne, les moyens à mettre en œuvre demandent réflexion. « Est-ce que l’on met des automates de prêt et des gens qui surveillent ? Est-ce que ça suffit au lecteur ? » s’interroge-t-elle. « Et si l’on met des étudiants ou des stagiaires à l’accueil, seront-ils capables, par exemple, de régler un conflit avec un usager ? C’est tout l’enjeu ». « Idéalement, conclut la bibliothécaire toulousaine, je serais pour que les bibliothèques françaises soient ouvertes comme les bibliothèques anglaises par exemple. Sauf qu’on n’a pas les moyens ! »

Si pour des petites structures, un élargissement des horaires peut s’avérer compliqué, la solution réside peut-être dans un partage des tâches. « On peut agir de façon coopérative », propose Patrick Weil. « Dans les grandes villes par exemple, il peut y avoir une coopération entre les bibliothèques municipales et les bibliothèques universitaires afin que, tous les dimanches, il y ait au moins une bibliothèque ouverte, comme c’est le cas avec les pharmacies ». Sans aller jusqu’à copier le modèle américain où les bibliothèques universitaires restent parfois ouvertes 20 heures sur 24, il y a certainement une voie médiane à trouver. Les bibliothèques françaises qui veillent plus tard et ouvrent le dimanche enregistrent leurs pics de fréquentation à ces moments-là. C'est une preuve évidente que le besoin est réel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail