France

Conjectures autour d'un remaniement attendu

Jean-Marc Ayrault et François Hollande, le 11 novembre 2013.
Jean-Marc Ayrault et François Hollande, le 11 novembre 2013. REUTERS/Christian Hartmann

La rumeur d'un remaniement ne cesse de resurgir depuis des mois. Ces derniers jours avec encore plus d'insistance. Et pour cause, il semble désormais que le principe d'un changement d'équipe soit acquis. Reste maintenant à savoir quels sont le meilleur moment et la meilleure formule.

Publicité

Il n'y a plus vraiment de doute. Un remaniement est bien dans les tuyaux même si l'hypothèse d'un changement avant les municipales est désormais écartée.

Selon un ministre proche de François Hollande, la fenêtre de tir se situe au mois d'avril, peut-être dans la première quinzaine. Car le remaniement doit s'intégrer dans le calendrier du Pacte de responsabilité, qui est la priorité du chef de l'Etat. Pour être efficace, il faut remanier avant l'annonce des mesures et avant le vote de confiance. Car l'équipe qui sera désignée devra assurer la mise en oeuvre de ce chantier.

Une quinzaine de « grands ministres »

Le nouveau gouvernement comportera-t-il moins de ministres ? Pas forcément, mais le remaniement pourrait donner l'occasion d'une redéfinition des portefeuilles avec une nouvelle architecture organisée autour d'une quinzaine de « grands ministres », plus autonomes.

Avec quel Premier ministre à leur tête ? C'est toute la question. Jean-Marc Ayrault, décrit comme usé, peut-il rester ? Cela n'est pas exclu. Le même ministre explique : « Il est le mieux placé pour mener cette période de transition ». Transition avant l'entrée dans la bataille de 2017. Et là, c'est sûr, il faudra changer de profil à Matignon car dit-il : « On aura besoin de quelqu'un qui ait la lance à la main. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail