France

Enregistrements de Patrick Buisson: Nicolas Sarkozy porte plainte

Nicolas Sarkozy et son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, saisissent la justice pour atteinte à la vie privée.
Nicolas Sarkozy et son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, saisissent la justice pour atteinte à la vie privée. Reuters/Gonzalo Fuentes

Mercredi 5 mars, le Canard Enchaîné et le site Atlanticoont révélé le contenu d’enregistrements captés par Patrick Buisson, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, lors de réunions et discussions privées en 2011. Les avocats de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy ont annoncé, jeudi, une plainte pour « atteinte à l'intimité de la vie privée ».

Publicité

Cette procédure d'urgence, si elle aboutit, permettra d'arrêter la diffusion ou la publication des enregistrements, que ce soit dans les journaux ou sur les sites internet. Elle concerne donc les rédactions de presse mais aussi ceux qui détiennent encore l'original ou les copies informatiques de ces propos. A savoir, Patrick Buisson, l'ancien conseiller, évidemment, puisque c'est lui qui a tout enregistré, mais surtout sa famille et d'anciens collaborateurs qu'il s'agira d'identifier.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy, qui assistait à certaines discussions le week-end, avaient le choix entre trois plaintes, dont l'atteinte au secret de la défense nationale. Ils ont choisi celle qui prendra le moins de temps à instruire. L'ancien chef de l'Etat ne veut pas et n'a d'ailleurs pas intérêt à ce que cette affaire pollue son avenir.

→ A (RE)LIRE : Ce que contiennent les enregistrements réalisés par Patrick Buisson

Enregistrées et diffusées sans leur consentement, ces conversations sont d'un autre genre pour l'avocat de Patrick Buisson. Il s'agissait, dit-il, de garder des traces quand son client ne pouvait pas prendre de notes. Notes détruites au fur et à mesure. Patrick Buisson, quant à lui, veut savoir. Famille ou ennemis politiques, d'où viennent les fuites ? Il a donc aussi déposé plainte pour « vol et usage malveillant d'enregistrements ».


D'où viennent les fuites ?

Patrick Buissson, qui s'exprime par la voix de son avocat, Maître Gilles-William Goldnadel, en est sûr : c'est un règlement de compte. Les soupçons s'orientent donc vers un proche car ceux qui le connaissent savent que Patrick Buisson enregistre tout et tout le monde.

Le premier suspect n'est autre que Georges Buisson, le fils de Patrick Buisson. Les deux hommes ne se parlent plus. Ils sont en procès depuis un an. « Je ne suis pas à l'origine des fuites car je ne dispose tout simplement pas des fichiers ! » se défend Georges Buisson sur le site du Point. Il indique quand même avoir découvert, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, l'enregistrement d'une conversation politique dans les fichiers de son père. Il évoquait d'ailleurs des « documents explosifs » il y a un an déjà.

Autre hypothèse, celle d'un ancien collègue fâché. Patrick Buisson reconnaît sur le site Atlantico avoir laissé traîner certains de ces enregistrements et s'en être, dit-il, fait dérober d'autres par une personne X.

Enfin, difficile d'écarter une dernière hypothèse : la piste judiciaire. Patrick Buisson est au cœur de l'affaire des sondages de l'Elysée. Son appartement a été perquisitionné mais les enquêteurs sont formels : ils n'ont pas récupéré d'enregistrements sonores.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail