France

Les agendas de Nicolas Sarkozy restent entre les mains de la justice

Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu le 7 octobre dernier dans l'affaire Bettencourt.
Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu le 7 octobre dernier dans l'affaire Bettencourt. REUTERS/Francois Lenoir

La Cour de cassation a tranché dans l'affaire des agendas de Nicolas Sarkozy saisis par les juges qui intruisent l'affaire Bettencourt : le pourvoi de l'ex-président français contre la saisie de ses agendas a été jugé irrecevable. Les magistrats vont donc pouvoir utiliser ses carnets dans d'autres affaires impliquant Nicolas Sarkozy.

Publicité

En déclarant irrecevable le pourvoi de Nicolas Sarkozy du fait du non-lieu prononcé le 7 octobre dernier, la Cour de cassation évite de se prononcer sur le fond tout en laissant toute latitude à la justice pour poursuivre son travail. Ce qui signifie que les agendas de l'ex-chef de l'Etat, saisis en juillet 2012 sur ordre du juge Gentil dans le cadre de l'affaire Bettencourt, pourront être utilisés dans d'autres procédures.

Des agendas très convoités

Ces carnets si précieux, Nicolas Sarkozy les a récupérés depuis longtemps mais il en a toujours contesté à la fois la confiscation et la conservation par la justice. Question de principe, mais pas seulement, car des copies ont déjà été adressées par les juges bordelais à leurs confrères parisiens, notamment ceux chargés de vérifier la légalité de l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais.

Feuilleton judiciaire

Et ces agendas intéressent au plus haut point d'autres juges, ceux par exemple qui enquêtent sur le financement de la campagne de 2007, et désormais sur des soupçons de trafic d'influence. Déjà, certains s'alarment et dénoncent un jeu de « bonneteau judiciaire » qui outrepasse les saisines autorisées. Une chose est sûre, Nicolas Sarkozy n'en a pas fini avec les juges.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail