Environnement / Énergies

Earth Hour : ce soir à 20h30, éteignez les lumières pendant une heure

À Paris et dans le monde entier, les principaux monuments vont s'éteindre à 20h30 locales.
À Paris et dans le monde entier, les principaux monuments vont s'éteindre à 20h30 locales. AFP PHOTO BERTRAND LANGLOIS

Ce samedi soir, tous les habitants de la planète sont appelés à éteindre la lumière chez eux pendant une heure à 20h30 dans leur fuseau horaire. Lancée en 2008, Earth Hour - Une heure pour la Terre - vise à sensibiliser les citoyens au dérèglement climatique.

Publicité

Éteignez les lumières, mais ouvrez bien les yeux. Ce samedi, Earth Hour - Une heure pour la Terre - fêtera sa huitième édition. Lancée en 2008 à l’initiative du quotidien australien The Sydney Morning Herald et le Fonds mondial pour la nature (WWF), cette opération consiste à éteindre les lumières partout dans le monde pendant une heure, de 20h30 à 21h30, tous les derniers samedis du mois de mars et dans chaque fuseau horaire, de Singapour à Honolulu, dans l’ordre de la course du soleil. Le but : sensibiliser les citoyens de la planète au dérèglement climatique.

Dans 154 pays

Sensibiliser est bien le mot, car concrètement sur une si courte durée l’opération est pratiquement insignifiante à grande échelle du strict point de vue des économies d’énergie et de l’influence sur les émissions de CO2, ce que ne manquent pas de souligner les rares critiques du projet, parmi lesquels quelques scientifiques qui font observer que deux bougies allumées envoient plus de CO2 dans l’atmosphère qu’une ampoule à faible consommation. Mais là n’est pas le propos de cette Earth Hour, évidemment.

« Le but du jeu, c’est de réduire sa consommation énergétique, pour arriver à moins d’émissions de CO2 » souligne avec conviction Peggy Briset, de WWF-France. « Ce que l’on fait, de toute façon, c’est de la sensibilisation », reprend-elle. « Si cet événement ne servait strictement à rien, on n’aurait pas autant de personnes qui veulent nous soutenir ». Et des personnes, il y en a. Ils étaient, selon WWF, 2 milliards de terriens l’an dernier à avoir fait le geste simple d’éteindre pendant une heure la lumière. Cette année, un nombre record de 154 pays et de 7 000 villes à travers le monde participent à l’opération.

Pour donner encore plus de poids et de signification à l’édition 2014, le WWF lui adjoint Earth Hour Blue, une plateforme de financement participatif destinée à mettre en œuvre différents projets : soutenir les rangers indonésiens dans leur lutte contre la déforestation, aider les paysans chinois à préserver l’environnement du panda géant ou encore participer à la restauration du Roodeberg Peak en Afrique du Sud. Du côté de WWF France, on se concentre particulièrement sur l'opération Fatana Mitsitsy : l’achat de 4 000 fours intelligents destinés à des villageois de Madagascar, un investissement qui doit permettre la sauvegarde de 700 hectares de forêt par an sur la Grande Île.

En attendant Paris 2015

« A WWF on veut particulièrement mettre l’accent sur la préservation des forêts » explique Peggy Briset. « Pour la simple et bonne raison que les forêts ont un rôle fondamental à jouer dans la préservation du climat, puisque ce sont des réservoirs de carbone ». Sachant que l’on estime que les émissions de C02 dues à la déforestation représentent 20% des émissions globales, l’initiative est loin d’être anodine. WWF-France est d’autant plus déterminé que c’est à Paris que se tiendra l’an prochain la Conférence des Nations unies sur le climat. « On ne peut pas se permettre que Paris 2015 soit un nouveau Copenhague » insiste Peggy, faisant allusion à la conférence du statu quo de Copenhague 2009. En attendant 2015, Earth Hour 2014 s’est assurée le soutien d’un super-héros : Spider-Man dont l’équipe du prochain film (sorte fin avril sur les écrans) participe activement à la promotion de l’événement (v. vidéo ci-dessous).

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail