FRANCE

La fin de la très longue marche de Jérôme Kerviel

Jérôme Kerviel a été interpellé dimanche à minuit à Menton, peu après avoir franchi la frontière.
Jérôme Kerviel a été interpellé dimanche à minuit à Menton, peu après avoir franchi la frontière. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’ex-trader de la Société générale qui a fait perdre cinq milliards d'euros à sa banque était parti de Rome il y a deux mois et demi. Condamné à cinq ans de prison dont trois ferme, il a été arrêté dès son arrivée en France à minuit, à Menton.

Publicité

Pas une minute de répit. Minuit : Jérôme Kerviel quitte l’Italie et entre dans Menton. Bronzé, allure sportive, mine fermée tout de même, il est accompagné de quelques amis, et d'une cohorte de cameras et de micros. Et aussitôt un policier en civil s'impose dans cette foule et embarque dans une voiture banalisée l'ex-trader.

Il n’aura pas eu le temps de se rendre au commissariat de lui-même, comme la justice l'exigeait pour minuit au plus tard. C’est la fin d'une longue marche italienne entre résistance et bravade, qui l’a conduit jusqu'auprès du pape.

 → A (RE)LIRE : France: Jérôme Kerviel en appelle à nouveau à François Hollande

Maintenant, c’est la prison qui l’attend : trois ans de prison ferme pour avoir occasionné une perte record en 2008 à sa banque, la Société générale. Près de cinq milliards d’euros de pertes suite à des manipulations masquées de près de 50 milliards. La Cour de cassation avait confirmé en mars cette condamnation pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un ordinateur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail