France

Alstom: General Electric s'engagerait à créer 1 000 emplois en France

Le siège d'Alstom à Levallois-Perret, en banlieue parisienne.
Le siège d'Alstom à Levallois-Perret, en banlieue parisienne. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Selon une source proche du dossier Alstom, l'Américain General Electric s'engagerait à créer 1 000 emplois en France. L'information a filtré à l'issue d'une rencontre entre le président français François Hollande et le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt, à l'Elysée. C'est la seconde depuis le dépôt de l'offre formelle de plus de 12 milliards d'euros par le conglomérat américain.

Publicité

Ce millier d'emplois industriels, General Electric s'engagerait à les créer sur trois ans, et à condition de parvenir à racheter le pôle énergie d'Alstom. L'Elysée n'a pas souhaité faire de commentaire sur ce chiffre. Mais plus tôt dans la journée, la présidence a reconnu que l'offre de General Electric s'était améliorée et renforcée sur l'emploi.

→A(RE)LIRE:Le patron de General Electric à Paris pour conclure l'affaire Alstom

Ce millier d'emplois industriels, General Electric s'engagerait à les créer sur trois ans, et à condition de parvenir à racheter le pôle énergie d'Alstom. L'Elysée n'a pas souhaité faire de commentaire sur ce chiffre. Mais plus tôt dans la journée, la présidence a reconnu que l'offre de General Electric s'était améliorée et renforcée sur l'emploi.

Une avancée donc, mais pour la présidence, il reste du travail à accomplir, notamment sur l'emploi, la localisation des centres de décision et le nucléaire. Des négociations qui, aux yeux de l'Elysée, se déroulent en bonne intelligence.

→A(RE)LIRE: Alstom privilégie General Electric

En tout cas, General Electric accepte de prendre le temps de convaincre l'exécutif français, jusque-là réticent. La semaine dernière, Jeffrey Immelt, le patron du groupe américain, a décidé de prolonger le délai d'examen de son offre de trois semaines, jusqu'au 23 juin.

L'Allemand Siemens envisage, lui, de déposer une offre au plus tard le 16 juin, à condition qu'elle soit examinée équitablement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail