FRANCE

Manuel Valls vole la vedette à François Hollande pour 2017

François Hollande et Manuel Valls, sur l'esplanade des Invalides, le 15 avril 2014.
François Hollande et Manuel Valls, sur l'esplanade des Invalides, le 15 avril 2014. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un nouveau sondage Opinion Way pour le Figaro Magazine indique que seulement 3% des Français et 15% des sympathisants socialistes souhaiteraient que François Hollande soit candidat à la présidentielle de 2017. Mais surtout, le chef de l'Etat est, à chaque fois, devancé largement par son Premier ministre, Manuel Valls, qui est soutenu par 40% des sympathisants socialistes et 26% des Français. Une situation qui, si elle perdure, pourrait compliquer la donne au sein du couple exécutif.

Publicité

L'écart de popularité entre François Hollande et Manuel Valls est confirmé à chaque nouveau sondage. Et si ça continue, on risque d'arriver à ce que certains commentateurs avaient évoqué dès la nomination de Manuel Valls à Matignon : une sorte de cohabitation entre un chef de l'Etat décrédibilisé auprès des Français, et même des socialistes, et un Premier ministre populaire, qui serait du coup en position d'apparaître comme un recours pour la présidentielle de 2017.

Fonctionnement du couple exécutif plus compliqué

Une situation qui pourrait rendre le fonctionnement du couple exécutif plus compliqué dans la durée. D'autant que le plébiscite d'un Manuel Valls qui a toujours affirmé son positionnement au centre gauche montre que c'est François Hollande qui est rejeté, plus que la ligne politique du gouvernement. Du coup, au PS, l'organisation d'une primaire pour désigner le candidat socialiste est déjà évoquée, alors que la candidature du président sortant est généralement acquise.

Trop tôt pour la présidentielle

Bien sûr, pour le moment, Manuel Valls, même s'il n'a jamais caché que l'Elysée faisait partie de ses objectifs, se garde bien de manifester une quelconque volonté de se positionner en concurrence avec François Hollande pour 2017. A trois ans de l'échéance, il est bien trop tôt.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail