SANTE

Alerte en France : le moustique-tigre progresse

L'Aedes albopictus, également appelé moustique tigre, responsable de la transmission du virus de la dengue..
L'Aedes albopictus, également appelé moustique tigre, responsable de la transmission du virus de la dengue.. Getty Images/Oxford Scientific
Texte par : Michèle Diaz
3 mn

Cet été, attention … le moustique tigre se fait une place au soleil cette année dans le sud de la France. Le ministère de la Santé a mis en garde contre cet insecte qui peut transmettre plusieurs virus : dengue, chikungunya et zika… des maladies peu connues du grand public, mais dont l’expansion peut être phénoménale.

Publicité

L’eau est essentielle pour le développement de n’importe quel moustique et les pluies qui ont précédé la saison estivale dans les régions du sud-est de l’Hexagone vont contribuer à la prolifération de ces insectes. Combinée au retour de touristes des Caraïbes et Pacifique - là où sévissent encore des épidémies de chikungunya et zika - cette forte densité peut enclencher des cas autochtones et être à l’origine de foyers épidémiques.

L’épidémie est encore devant nous

Ce moustique rayé jaune et noir - d’où son nom - est actuellement responsable de 150 cas importés, recensés aujourd’hui par les autorités sanitaires dans 18 départements français. Le plan anti-dissémination dengue et chikungunya ne constate aucun foyer épidémique (on parle d’épidémie à partir de deux cas autochtones dans un même secteur). Cela est déjà arrivé en 2010, deux petits foyers de dengue et de chikungunya avaient été constatés dans le Var et dans les Alpes-Maritimes.

Avant d’arriver en France, le moustique tigre a colonisé toute l’Italie. En l’espace d’un mois et demi, un foyer épidémique de plusieurs centaines de cas s’est développé en 2007 parce que personne n’a prêté suffisamment attention à cet insecte qui a une grande capacité d’adaptation. Il peut survivre à l’hiver dans les zones tempérées. Ce vecteur de maladies, originaire d’Asie, est apparu en France en 1999 niché dans un arrivage de pneus et, après avoir disparu, il est réapparu de façon récurrente dans le sud de l’Hexagone au début des années 2000. Il est devenu aujourd’hui implanté et actif, c’est-à-dire sans possibilité de s’en débarrasser dans les 18 départements en alerte.

Un enjeu sanitaire

Fortes fièvres, irruptions de boutons, douleurs articulaires, les symptômes ressemblent à ceux d’une grippe. C’est pourquoi, dès qu’une personne a de fortes fièvres, il faut consulter un médecin, voire un pharmacien, afin de faire des analyses. Si le cas est avéré, les résultats sont donnés prioritairement…Le plan est ainsi enclenché, car l’objectif est de se rendre rapidement à l’endroit où la personne a pu être infectée et une désinsectisation est organisée sur 200 mètres aux alentours de son domicile.
Car si un moustique tigre s’est infecté en piquant une personne déjà malade (un touriste infecté sans le savoir en région épidémique), il peut contaminer une personne saine et ainsi développer la maladie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail