France

France: une institutrice poignardée à mort devant ses élèves

La victime est une femme de 34 ans, mère de deux petites filles, qui  enseignait en dernière année à l'école Edouard-Herriot, à Albi (photo). Une école située dans un quartier où règne la mixité sociale.
La victime est une femme de 34 ans, mère de deux petites filles, qui enseignait en dernière année à l'école Edouard-Herriot, à Albi (photo). Une école située dans un quartier où règne la mixité sociale. AFP PHOTO / ERIC CABANIS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

« Des troubles mentaux sévères sous forme d'idées délirantes de persécution ». C'est, selon les experts qui l'ont examinée, ce vendredi 4 juillet, ce dont souffre cette mère de famille d'Albi dans le sud-ouest de la France qui a poignardé à mort devant sa classe une institutrice. Ce fait divers tragique a particulièrement ému la communauté enseignante et son ministre Benoît Hamon, mais aussi le président de la République François Hollande, qui a parlé d'un « drame abominable».

Publicité

A Albi comme partout en France, avec le début des vacances, ce dernier jour de classe aurait dû être un jour de joie et de soulagement pour tous les enseignants et leurs élèves. Sauf que vers neuf heures du matin, une mère de famille s'est présentée à l'école Edouard-Herriot armée d'un couteau et qu'elle a poignardé en pleine classe, devant les enfants, une institutrice de maternelle âgée de 34 ans, mère de deux enfants.

L'école a été aussitôt évacuée, une cellule psychologique mise en place pour les personnels et les élèves qui en auraient besoin, tandis que la mère de famille incriminée était interpellée et placée en garde à vue. Selon le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon, qui s'est rendu immédiatement sur place, cette femme de 47 ans souffre apparemment de troubles psychiatriques importants. Selon les experts, elle était atteinte d'un trouble psychique au moment du drame, ayant aboli son discernement, ce qui pénalement pourrait lui éviter toute poursuite.

L'intéressée était, selon les experts, au moment des faits, atteinte d'un trouble psychique ayant aboli son discernement...

Claude Derens

Le meurtre d'un enseignant sur son lieu de travail est rarissime en France. Pourtant, selon un récent rapport de l'Insee, plus d'une personne sur dix déclare avoir déjà fait l'objet d'insultes ou de menaces au sein d'un établissement scolaire. Dans le primaire, ce sont les parents qui se montrent les plus agressifs envers les enseignants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail