France / Israël / Territoires palestiniens

A Paris, un rassemblement pro-palestinien sans incident

Environ 15 000 personnes ont défilé à Paris en soutien aux Palestiniens.
Environ 15 000 personnes ont défilé à Paris en soutien aux Palestiniens. REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En France, une manifestation de soutien au peuple palestinien s’est déroulée sous haute surveillance, ce mercredi 23 juillet, dans les rues de Paris. La préfecture a comptabilisé environ 15 000 participants, qui ont défilé dans le calme depuis la Place Denfert-Rochereau jusqu'aux Invalides, en évitant soigneusement les synagogues, sur ordre de la préfecture qui craignait des débordements. C’est le premier rassemblement autorisé par les autorités françaises depuis le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Publicité

Le cortège s'est déroulé sans heurt. Il n’y a pas eu d'arrestation en masse, pas de drapeau brûlé ou encore de vitrines de magasins cassées. Il faut dire que tout avait été prévu pour que les choses ne dégénèrent pas. Tous les vingt mètres, plusieurs CRS étaient positionnés sur les trottoirs pour surveiller la foule. Une foule dense et compacte qui avançait en chantant des slogans comme « Israël assassin ! » ou encore « On veut la paix, pas la guerre ! »

L'itinéraire initial de la manifestation a été modifié la veille par les organisateurs en accord avec la préfecture. Les axes choisis étaient larges, facilement maîtrisables et loin des synagogues et du quartier juif de Paris.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait mis en garde un peu plus tôt contre ceux qui insulteraient les juifs ou brûleraient des drapeaux israéliens. Il a rappelé que les slogans antisémites constituaient un délit pénal et que les auteurs de tels propos seraient systématiquement interpellés et traduits devant la justice. Autre mise en garde : celle du président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, qui déconseillait, un peu plus tôt dans l’après-midi, aux députés socialistes de se rendre au défilé. Certains ont tout de même fait le déplacement, comme Pascal Cherki, député PS de Paris, qui a fait remarquer que manifester est un droit en France et qu’il comptait bien en profiter.

Une manifestation plus politique que religieuse

Il y avait donc beaucoup de monde. Alors que le cortège passait devant Montparnasse à 19h30, une importante partie n'avait pas encore quitté la place Denfert-Rochereau, située à près d'un kilomètre et demi.

Dans les rangs, certains ont appelé à boycotter les produits israéliens comme les avocats. Cette manifestation était en tout cas plus politique et moins religieuse que les deux précédentes, interdites, à Paris dans le quartier de Barbès et Sarcelles, dans le Val-d'Oise, le week-end dernier et durant lesquelles des débordements sont survenus.

Vers 21h30, les milliers de participants se sont dispersés dans le calme sur l'esplanade des Invalides. Une place immense où justement les services de sécurité craignaient des débordements.

A (RE) ECOUTER : Leïla Shahid: «Nous continuons à être sous occupation militaire»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail