Ebola/France

Ebola: nouveau dispositif de contrôle à l’aéroport parisien de Roissy

Le premier vol direct entre Conakry et Paris est arrivé tôt ce samedi matin et les nouveaux processus de contrôle anti-Ebola des passagers ont été mis en oeuvre.
Le premier vol direct entre Conakry et Paris est arrivé tôt ce samedi matin et les nouveaux processus de contrôle anti-Ebola des passagers ont été mis en oeuvre. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Opération communication pour Marisol Touraine, vendredi 17 octobre, à l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle. La ministre de la Santé est venue inspecter une dernière fois le dispositif de contrôle de la température des passagers en provenance des zones touchées par Ebola. Ce dispositif de sécurité supplémentaire est opérationnel à partir de ce samedi. Des contrôles de sécurité qui s'ajoutent aux mesures déjà existantes en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Publicité

Le premier vol direct en provenance de Conakry s'est posé ce samedi matin aux aurores à l'aéroport de Roissy. Le personnel navigant du vol Air France entre Conakry et Paris a d’abord été débriefé pour vérifier qu’aucun passager n’avait manifesté de symptôme particulier et que tous avaient bien rempli leur questionnaire de traçabilité, un formulaire dans lequel ils doivent indiquer où ils vont séjourner en France, comment les joindre et leur place dans l'avion, rapporte notre envoyé spécial.

Ecoutez le reportage de notre envoyé spécial à Roissy ce samedi matin à l'arrivée du vol Paris-Conakry

La descente de l’avion n' a été autorisée qu’une fois ces formalités accomplies une fois le dernier test réalisé : la prise de température sur la passerelle via un thermomètre optique pour éviter tout contact. Ce contrôle de température ne prend qu'une vingtaine de minutes expliquait déjà hier le docteur Philippe Bargain, en charge du centre médical de Roissy-Charles de Gaulle.

Les contrôles à l'arrivée visent une fièvre supérieure à 38 degrés. Si un tel cas se produisait, le passager serait tout de suite isolé. Mais concrètement, il y a peu de chances que les symptômes se déclarent dans l'avion et encore moins, qu'ils passent inaperçus. « La cinétique de la maladie est telle que si vous avez de la fièvre vous êtes immédiatement pris en charge, affirmait Philippe Bargaine. C’est surtout pour les gens à bord de l’avion, pour les rassurer, leur apporter des éléments de réalité simple qui coupent court à tous les fantasmes. »

Ces peurs sont pour la plupart du temps injustifiées. Sur une période d'incubation qui va jusqu'à 21 jours, il est peu probable que les symptômes apparaissent durant les 6 heures de vol. Or sans symptôme, une personne infectée par Ebola n’est pas contagieuse. La France est le seul pays avec le Royaume-Uni à contrôler les passagers venus de l'épicentre de l’épidémie d'Ebola à leur atterrissage sur son territoire.

Des contrôles aussi à l'aéroport de Conakry

L'Union européenne a décidé d'envoyer vers les pays touchés par l'épidémie d'Ebola une mission sanitaire pour contrôler les systèmes mis en place aux aéroports au départ des pays touchés par l'épidémie.

Contrôles sanitaires à l'aéroport de Conakry: la mission de l'UE est une aubaine pour les autorités guinéennes

La ministre de la Santé et le docteur Philippe Bargain, en charge du centre médical de Roissy-Charles de Gaulle présente les nouvelles mesures de sécurité contre Ebola, le 17 octobre.
La ministre de la Santé et le docteur Philippe Bargain, en charge du centre médical de Roissy-Charles de Gaulle présente les nouvelles mesures de sécurité contre Ebola, le 17 octobre. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail