Accéder au contenu principal
France

Face aux attaques de Martine Aubry, Manuel Valls défend sa politique

Le Premier ministre Manuel Valls a défendu, dimanche 19 octobre, la politique de son gouvernement.
Le Premier ministre Manuel Valls a défendu, dimanche 19 octobre, la politique de son gouvernement. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plutôt discrète depuis le début du quinquennat de François Hollande, la maire de Lille Martine Aubry s’en est pris à la politique économique du président français et de son Premier ministre Manuel Valls dans un entretien au JDD, publié ce dimanche 19 octobre. Manuel Valls a réagi sans attendre à l’offensive de la maire de Lille, à l’occasion d’un discours devant les partenaires radicaux de gauche. Le Premier ministre a voulu ainsi montrer qu’il n’entendait pas la laisser prendre l’avantage dans le débat au sein de la majorité.

Publicité

Manuel Valls n’a pas prononcé une seule fois le nom de Martine Aubry pour bien montrer qu’il ne voulait pas polémiquer directement avec elle. Il a même théorisé l’exercice. « Je ne peux pas perdre du temps dans des oppositions, dans des débats… A la différence d’autres, nous gouvernons, nous assumons pleinement les responsabilités. C’est ça qui compte », a affirmé le Premier ministre dimanche 19 octobre. Renvoyer chacun à son propre rôle est une manière pour le chef du gouvernement français de placer la maire de Lille dans la position de la perturbatrice.

« Je mets en garde la gauche quand elle s’abandonne au sectarisme, quand elle est dans l’imposture, quand elle ne se parle qu’à elle-même. Alors à ce moment-là, elle rate son rendez-vous avec l’histoire », a encore expliqué le Premier ministre. Martine Aubry renvoyée à la gauche du passé, Manuel Valls a développé sur ce registre. « On ne fait pas avancer la gauche avec les idées d’hier, en niant la réalité de l’économie du marché », a-t-il ajouté.

La gauche réaliste, c’est un credo que le Premier ministre affectionne. « Je suis fier que ce gouvernement, cette majorité soit aux côtés des entreprises. Enfin, ça ne devrait même pas faire débat », a-t-il encore déclaré.  En défendant le pacte de responsabilité, en assumant la réduction des déficits, en revendiquant les réformes parmi lesquelles celles des allocations familiales, Manuel Valls a montré à Martine Aubry qu’il n’avait pas l’intention de lui laisser le champ libre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.