Accéder au contenu principal
France / Indonésie

Les journalistes Valentine Bourrat et Thomas Dandois de retour à Paris

Les deux journalistes français Valentine Bourrat et Thomas Dandois avec une interprète lors de leur procès à Jayapura (Indonésie) en octobre 2014.
Les deux journalistes français Valentine Bourrat et Thomas Dandois avec une interprète lors de leur procès à Jayapura (Indonésie) en octobre 2014. INDRAYADI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les deux journalistes français Valentine Bourrat, 29 ans, et Thomas Dandois, 40 ans, ont été condamnés à deux mois et demi de détention en Indonésie pour un reportage sans autorisation en Papouasie. Ils ont cependant été libérés et ont quitté le pays mardi soir, avant d'atterrir tôt ce matin mercredi 29 octobre à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, au nord de Paris.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Roissy, Sarah Bakaloglou

Après dix semaines de détention en Indonésie, Valentine Bourrat et Thomas Dandois ont atterri à Roissy ce mercredi 29 octobre peu après 7 heures et sont rentrés chez eux après s'être exprimés face à la presse à l'aéroport.

Ils sont apparus avant tout soulagés : « C’est une histoire qui ne se termine pas trop mal » a dit Thomas Dandois, content d’être rentré. Valentine Bourrat, elle, a déclaré avoir « hâte de pouvoir marcher dans les rues de Paris » et d’être entourée de ses proches.

Un peu plus tôt, un membre du comité de soutien qui avait parlé avec Thomas Dandois au téléphone dans la nuit, avait révélé que Valentine Bourrat était éprouvée par ces deux mois et demi de détention.

Un « symbole » contre la liberté de la presse

En présence de Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters sans Frontière, les journalistes ont déclaré avoir espéré un acquittement et que la peine décidée par la justice était un symbole allant contre la liberté de la presse.

Les journalistes ont quitté l’Indonésie mardi et ont fait escale à Jakarta, où ils ont rencontré l’ambassadeur de France en Indonésie.

Thomas Dandois et Valentine Bourrat avaient été arrêtés cet été en Papouasie après être entrés dans le pays avec de simples visas touristiques pour un reportage sur les rebelles séparatistes. Ils ont été jugés et condamnés à de la prison par un tribunal indonésien, mais aussitôt libérés lundi 27 octobre et autorisés à rentrer en France.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.