Accéder au contenu principal
France

Barrage de Sivens: Cécile Duflot n'épargne pas Manuel Valls

Manuel Valls (G.) et Cécile Duflot (D.), ici à l'hôtel Matignon, le 20 février 2013.
Manuel Valls (G.) et Cécile Duflot (D.), ici à l'hôtel Matignon, le 20 février 2013. AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Travaux suspendus au barrage de Sivens : la décision prise vendredi par le Conseil général du Tarn ressemble à un geste d'apaisement, qui ne calme pourtant pas la colère de Cécile Duflot. En témoigne l'interview au vitriol qu'elle a accordée au journal Le Monde.

Publicité

Cécile Duflot a de la suite dans les idées. Après avoir bousculé François Hollande et Manuel Valls sur leur absence de réaction, leur manque de compassion à la mort de Rémi Fraisse, la revoilà trois jours plus tard, pour donner une interview au lance-flamme contre le premier ministre, son ennemi juré.

A la question du Monde: « faites-vous confiance à Manuel Valls ? », la réponse : « Je fais confiance à la Justice. » Tout le reste est du même tonneau : « personne n'est obligé de persister dans l'erreur », « le gouvernement nous a quittés », dit celle qui a refusé, au printemps dernier, de devenir ministre de Manuel Valls, l'incarnation, à ses yeux, de « la synthèse libérale autoritaire. »

Cécile Duflot a le sens de l'opportunité, et profite de l'affaiblissement du gouvernement pour enfoncer un coin supplémentaire. La rupture est-elle consommée ? À l'Elysée, on veut croire que derrière des « mots violents », je cite, il n'y a rien d'irrémédiable. On veut le croire, en tout cas on l'espère.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.