Accéder au contenu principal
France

Parti socialiste : un congrès en 2015

Le prochain congrès du Parti socialiste devrait avoir lieu le 5 juin prochain. Ce rendez-vous permettra à François Hollande et Manuel Valls de vérifier s'ils ont toujours le soutien de la majorité de leur parti.
Le prochain congrès du Parti socialiste devrait avoir lieu le 5 juin prochain. Ce rendez-vous permettra à François Hollande et Manuel Valls de vérifier s'ils ont toujours le soutien de la majorité de leur parti. REUTERS/Stephane Mahe
3 min

Le congrès du Parti socialiste devrait avoir lieu du 5 au 7 juin 2015. C'est ce que Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire, a annoncé le jeudi 13 novembre. Cette date devrait être entérinée samedi, lors du Conseil national du PS qui se réunit à Paris, mais elle a fait l'objet de nombreux débats.

Publicité

C'est certainement la date la plus consensuelle. Elle a d'ailleurs été choisie en tenant compte des propositions de toutes les « sensibilités » du Parti socialiste, représentées au sein de la commission en charge du congrès. Plusieurs options étaient sur la table. Certains, issus de l'aile gauche, demandaient un congrès dès le début de l'année 2015 pour donner la parole aux militants et crever l'abcès, dans l’espoir d’avoir suffisamment de poids pour obtenir une inflexion rapide de la politique économique, qu’ils réclament depuis des mois.

D’autres, proches du gouvernement, espéraient repousser le congrès à 2016 pour laisser passer les échéances électorales de 2015, cantonales en mars et régionales à la fin de l'année, qui s'annoncent une nouvelle fois très difficiles pour le PS. Leur crainte étant que l’étalage des divergences internes au parti, qui ne manquera pas de ponctuer la préparation du congrès, ne perturbe les campagnes et n’aggrave le résultat des scrutins.

Un congrès de « clarification »

L'option juin 2015, finalement choisie, coupe la poire en deux et suit la recommandation de la haute autorité mise en place par le Parti socialiste pour s’occuper des questions d’éthique et de statuts. Mais surtout, elle signifie que ce congrès sera bien un congrès de « clarification », où l'on débattra du fond, c’est-à-dire de la ligne politique du gouvernement, et pas simplement un congrès de lancement de la campagne pour la présidentielle de 2017.

Ce sera forcément un congrès à fort enjeu pour le Parti socialiste, en pleine crise,
surtout depuis les échecs électoraux cuisants des municipales et des européennes. Une situation que Jean-Christophe Cambadélis a déjà commencée à prendre en compte en organisant des états généraux, qui constituent une première étape de réflexion interne. Ils ont pour objectif de redéfinir « l’identité » du PS et ont permis de recueillir plus de cinq mille contributions collectives ou individuelles. Ils doivent se terminer par un grand rassemblement à Paris, le 6 décembre, où sera présentée une charte.

Un moment important pour Jean-Christophe Cambadélis qui, lors du congrès de juin 2015, espère obtenir le soutien des militants pour rester Premier secrétaire, lui qui n’avait été désigné, en avril dernier, que par le vote du Conseil national. Mais d'autres candidats au poste, comme Benoît Hamon, pourraient essayer de le concurrencer. Cette bataille pour la direction sera révélatrice des rapports de force dans le parti et du positionnement par rapport à l’exécutif. Le congrès permettra donc aussi à François Hollande et Manuel Valls, de vérifier s'ils sont toujours soutenus par le courant majoritaire du PS. Ou pas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.