Accéder au contenu principal
France

France: le secrétaire d'Etat Kader Arif poussé à la démission

Kader Arif est un proche du président Hollande, ici à ses côtés en novembre 2013.
Kader Arif est un proche du président Hollande, ici à ses côtés en novembre 2013. AFP PHOTO / ALAIN JOCARD
Texte par : RFI Suivre
1 min

Visé par une enquête pour favoritisme, Kader Arif, le ministre délégué aux Anciens combattants, démissionne. Il est remplacé ce vendredi 21 novembre par Jean-Marc Todeschini, le sénateur de la Moselle. Une nouvelle démission du gouvernement qui met à mal la présidence exemplaire voulue par François Hollande.

Publicité

Après Jérôme Cahuzac et son compte en Suisse et plus récemment Thomas Thévenoud et ses indélicatesse fiscales, c'est au tour de Kader Arif, un proche du président Hollande, de quitter le gouvernement rattrapé par les affaires. En l'occurrence, des soupçons de favoritisme au profit de membres de sa famille lors de la passation de marchés publics.

L'enquête est en cours et la présomption d'innocence prévaut. Mais dans un tel contexte, François Hollande a choisi de trancher sans hésitation, préférant tourner très vite la page d'un nouveau possible scandale qui affaiblit déjà la fameuse « République exemplaire » que le président avait promis au tout début de son quinquennat.

Kader Arif est ainsi remercié. Une démission express qui n'occulte pas l'embarras de François Hollande face à ces affaires touchant le cœur du pouvoir alors que la majorité est déjà à la peine. Et dans l'opposition, le Front national ressort son air du « tous pourris ». Une nouvelle affaire sur fond de crise morale et politique, de quoi jeter encore un peu plus le discrédit sur l'ensemble de la classe politique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.