Accéder au contenu principal
France

Sarkozy-Juppé: la bataille pour 2017 est lancée

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors du meeting à Bordeaux, le samedi 22 novembre 2014.
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors du meeting à Bordeaux, le samedi 22 novembre 2014. REUTERS/Regis Duvignau

A droite, la bataille Sarkozy-Juppé est lancée pour la présidentielle française de 2017, après un meeting houleux le week-end dernier à Bordeaux. Les militants sarkozystes ont en effet copieusement sifflé et hué Alain Juppé, le maire de Bordeaux, devant un Nicolas Sarkozy impassible. 

Publicité

Les hostilités sont clairement ouvertes entre les deux hommes, et l'histoire retiendra que cette « déclaration de guerre » a eu lieu à Bordeaux, sur les propres terres d'Alain Juppé. Dans sa ville, où Nicolas Sarkozy tenait meeting samedi après-midi, le maire de Bordeaux ne s'attendait sûrement pas à ça. A peine installé à la tribune, les sifflets puis les huées ont accueilli ses propos sur les futures primaires ouvertes - à la droite et au centre - qu'il appelle de ses vœux en vue de 2017, mais que rejettent farouchement les militants sarkozystes. Des militants qui ne pardonnent pas à Alain Juppé sa main tendue à François Bayrou, le patron du Modem, qui avait appelé à voter Hollande lors de la dernière présidentielle.

Juppé copieusement hué, Nicolas Sarkozy est lui resté impassible tranquillement assis derrière lui. Pas un geste pour faire stopper la bronca. L'ancien président a eu ensuite beau jeu de se présenter en « rassembleur » de sa famille politique en appelant à l'unité et à la fin des divisions.

Un piège ou une bronca organisée ?

La salle était bondée de militants sarkozystes acheminés en bus de quasiment toute la France. Ont-ils reçu des consignes pour siffler Juppé ? Nul ne sait. En revanche, ce qui est sûr, c'est qu'il y a cette volonté dans le camp sarkozyste de montrer que si Alain Juppé est bel et bien le chouchou des sondages et des Français en défendant notamment cette alliance au centre, Nicolas Sarkozy reste, lui, le champion incontesté de la base militante de l'UMP, favorable à un ancrage bien à droite.

Cette véritable « passe d'armes » à Bordeaux marque ainsi le premier round du futur duel Sarkozy-Juppé pour la présidentielle de 2017 et en dit long sur l'âpreté de la bataille qui va se dérouler à droite jusqu'aux primaires. Dans le camp Juppé où l'on a peu goûté - le mot est faible - à cette humiliation du maire de Bordeaux, on parle ainsi « de grave erreur politique » et de meeting « fondateur ». Autrement dit, la riposte est à venir. Alain Juppé ne se laissera pas faire.

Une nouvelle guerre des chefs à droite

Dans la grande tradition des duels à droite, personne ne se fera de cadeau. On se souvient de la violence des duels Giscard-Chirac ou bien encore Chirac-Balladur. Sarkozy-Juppé promet également de belles empoignades à la hauteur de l'enjeu. Il s'agit quand même de la conquête de l'Elysée pour Alain Juppé. A bientôt 70 ans, c'est sa dernière chance d'arriver au sommet. Et pour Sarkozy c'est une envie forcenée de prendre sa revanche après son élimination en 2012. Voilà pourquoi le choc de ces deux ambitions sera quoiqu'il arrive très fort, et sans doute même violent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.