Accéder au contenu principal
France

France: Nicolas Sarkozy continue de se poser en rassembleur de l'UMP

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors d'un meeting à Bordeaux, le 22 novembre 2014.
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors d'un meeting à Bordeaux, le 22 novembre 2014. REUTERS/Regis Duvignau

En France, l’UMP est toujours en pleine transition. La composition de la nouvelle équipe dirigeante devrait être connue d’ici la fin de la semaine. Nicolas Sarkozy peaufine le nouvel organigramme. Depuis lundi, le nouveau président de l’UMP veut apparaître comme le rassembleur. Hier, il a exhorté les députés de son parti à en finir avec les « haines ». L’après-midi, il recevait l’un de ses rivaux, François Fillon. Ce midi, il déjeune avec un autre de ses adversaires déclaré pour la présidentielle de 2017, Alain Juppé. La nomination, hier, de Thierry Solère à la tête d’un groupe de députés chargés d’organiser la primaire de 2016 a été plutôt bien accueillie par l’entourage du maire de Bordeaux.

Publicité

Le camp Juppé a vu dans la nomination de Thierry Solère un geste positif. « C'est une bonne nouvelle », commente un soutien de l'ancien Premier ministre. « Une bonne nouvelle que quelqu’un de bien s'occupe rapidement de la primaire ». La remarque fera plaisir à Thierry Solère. Il faut dire que le député des Hauts-de-Seine fait l’unanimité au sein du parti.

Le sujet brûlant de la primaire sera bien sûr au menu des discussions ce midi lors du déjeuner entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Quelle sera la méthode de travail de Thierry Solère ? De quelle façon sera constitué le groupe de députés qui œuvrera à ses côtés ? Voici quelques-unes des questions que le maire de Bordeaux devrait poser au nouveau président de l’UMP.

Dans l’entourage d'Alain Juppé, on milite par exemple pour que des représentants de tous les candidats à la primaire soient nommés au sein de ce groupe. « Il faut maintenant que ça avance vite », s’impatiente un proche du maire de Bordeaux. Car malgré ce geste positif, la tension reste toujours palpable entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Ce dernier a refusé, hier, de participer à un comité des anciens Premiers ministres. Une structure dont le nouveau président de l’UMP avait annoncé la création dimanche. Hors de question pour le maire de Bordeaux de siéger dans « un comité naphtaline qu’on sortirait de l’armoire de temps de temps », a-t-il écrit sur son blog.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.