Accéder au contenu principal
France

France: les affaires de crèches de Noël devant les tribunaux

La crèche de Noël de Béziers, voulue par le maire Robert Ménard, ne sera pas enlevée.
La crèche de Noël de Béziers, voulue par le maire Robert Ménard, ne sera pas enlevée. AFP PHOTO / PASCAL GUYOT
Texte par : RFI Suivre
1 min

Le tribunal administratif de Montpellier a rejeté hier, vendredi, la demande de la Ligue des droits de l'homme (LDH) d'enlever la crèche de Noël installée dans l'Hôtel de Ville de Béziers, dans le sud de la France. Une crèche voulue par le nouveau maire de la ville, Robert Ménard, proche du Front national.

Publicité

Pour le juge administratif de Montpellier, cette crèche installée dans le hall de la mairie de Béziers n'est pas de nature à porter atteinte aux principes constitutionnels consacrant la séparation des Eglises et de l'Etat. Selon le magistrat, il n'y a donc pas d'urgence à statuer.

Mais les défenseurs de la laïcité ne désarment pas. Car s'ils viennent d'échouer momentanément à Montpellier, ils pourraient en revanche et très prochainement remporter une victoire à Melun, près de Paris. Dans une affaire similaire dont la décision sera rendue lundi, le rapporteur public, régulièrement suivi par le tribunal, s'est prononcé en faveur de la désinstallation d'une crèche en mairie, car il y voit un emblème religieux.

Et à Nantes le mois dernier, le tribunal administratif a enjoint au conseil général de Vendée de démonter sa crèche, mais la collectivité a fait appel.

Il n'empêche, un peu partout sur le territoire, la présence de crèches est désormais systématiquement remise en cause par les défenseurs de la laïcité. Simple tradition, rétorquent pour leur part les pro-crèches. Laïcité contre tradition donc et le bras de fer se poursuit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.