Accéder au contenu principal
France

L’attaque à Dijon n’est «pas un acte terroriste», selon la procureure

La police relève des indices sur les lieux où l'automobiliste a fauché volontairement onze personnes à Dijon, le 21 décembre 2014.
La police relève des indices sur les lieux où l'automobiliste a fauché volontairement onze personnes à Dijon, le 21 décembre 2014. AFP PHOTO / ARNAUD FINISTRE
Texte par : RFI Suivre
2 min

Un automobiliste a fauché volontairement des passants ce dimanche 21 décembre à Dijon  faisant onze blessés dont deux graves. Selon les témoins, l'homme aurait crié « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand en arabe) et d'après le quotidien local Le Bien public il aurait au moment de son arrestation hurlé : « Au nom des enfants de la Palestine ». La procureur de la République à Dijon a affirmé ce lundi que l'attaque n'était pas « un acte terroriste » et que son auteur souffrait d'une « pathologie psychiatrique ancienne et lourde ».

Publicité

L'automobiliste qui a blessé onze personnes dimanche soir à Dijon avait déjà heurté des piétons dans la ville dans la soirée. « Vers 20 heures, à Dijon, un véhicule a délibérément percuté des passants, en plusieurs endroits de la ville », a détaillé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié cette nuit.

D’après les témoignages l’homme aurait hurlé : « Allah Akbar » en fauchant ces onze personnes et aurait revendiqué son geste au nom des enfants de la Palestine. Cette affaire survient au lendemain d'une attaque contre des policiers d'Indre-et-Loire par un homme qui a également crié « Dieu est le plus grand » en arabe. Mais « l'homme, né en 1974, présente le profil d'un déséquilibré et serait suivi en hôpital psychiatrique » et ses revendications « semblent encore floues », a déclaré ce matin à l'AFP une source proche de l'enquête. Ce quadragénaire connu de la police pour des faits de droit commun remontant aux années 1990 a été interpellé au terme d'une course-poursuite en voiture et placé en garde à vue

Pour la procureure de la République de Dijon, il n'y a pas de doute : il ne s'agit en rien d'un acte terroriste. Au cours d’une conférence de presse donnée ce lundi midi, Marie-Christine Tarare a affirmé que l’auteur de l’attaque avait une « pathologie psychiatrique ancienne et lourde » pour laquelle il a fait « 157 passages en unité psychiatrique. »

Entre déséquilibre psychologique et motivation religieuse, les autorités restent, elles, très prudentes. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est rendu à Dijon pour une conférence de presse à l'hôtel de police, et a lancé un appel à la retenue.

J'appelle chacun à ne pas tirer de conclusion hâtive [...] Faire peur, chacun l'aura compris, est l'objectif des terroristes. L'emballement et la fébrilité seraient pour eux une première victoire.

Bernard Cazeneuve

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.