Accéder au contenu principal
France

Politique en France: 2014, cette année folle

L'hebdomadaire Closer révèle la liaison entre François Hollande et l'actrice Julie Gayet, déclenchant du même coup la fureur de la compagne du président, Valérie Trierweiler. Du jamais vu sous la Ve République.
L'hebdomadaire Closer révèle la liaison entre François Hollande et l'actrice Julie Gayet, déclenchant du même coup la fureur de la compagne du président, Valérie Trierweiler. Du jamais vu sous la Ve République. AFP PHOTO THOMAS COEX
Texte par : Pierre Firtion Suivre | Florent Guignard
6 min

Vaudeville à l’Elysée, arnaques à l’UMP, frondes dans la majorité… Retour en dix mots sur une année qui a vu François Hollande plonger, Nicolas Sarkozy bégayer et Marine Le Pen triompher.

Publicité

Social-démocrate

Coming-out présidentiel le 14 janvier, lors de la conférence de presse de François Hollande à l’Elysée. Le chef de l’Etat se dit « social-démocrate » et détaille son « pacte de responsabilité ». Un pacte qui permet la plus grosse baisse de cotisations des entreprises jamais octroyée : 40 milliards d’euros. Social-démocrate ou social-libéral, le débat est lancé et relancé en août avec la nomination d’Emmanuel Macron au ministère de l’Economie. L'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, « le cerveau droit de François Hollande », une tête bien faite de 36 ans, veut « libérer » l’économie et le travail du dimanche. Quant à Manuel Valls, il déclare sa flamme aux patrons : « J’aime l’entreprise ! » Malaise à gauche.

Pipolitique

Quand politique et people font mauvais ménage. Le magazine à scandales Closer brise un tabou en janvier avec le premier constat d’adultère de la Ve République. La cible est François Hollande et son scooter. Révélation d’une liaison avec l’actrice Julie Gayet. « Devant la France entière », Valérie Trierweiler est répudiée par communiqué. Et se venge neuf mois plus tard en écrivant le best-seller de l’année, Merci pour ce moment. Le magazine Voici publie en décembre la première photo (volée) de François Hollande et Julie Gayet à l’Elysée. Les politiques sont les nouveaux people. Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti seront paparazzés par Paris-Match, Florian Philippot «outé» par Closer.

Raclée

Le mot est lâché par Jean-Christophe Cambadélis au lendemain des municipales. Les socialistes perdent 155 villes de plus de 9 000 habitants, une « raclée » on vous dit. Le remaniement tant de fois annoncé est inéluctable. Le 31 mars, Manuel Valls, l'homme fort des sondages, remplace Jean-Marc Ayrault à Matignon. Ségolène Royal entre au gouvernement. Une autre raclée attend le PS aux élections européennes de juin, largement distancé par le Front national et l’UMP avec moins de 14% des voix. La gauche perd toutes les élections législatives partielles depuis l’élection de François Hollande, sauf à Saint-Pierre-et-Miquelon. Le PS n'a plus la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Logiquement, en septembre, le Sénat revient dans le giron de la droite. Trois élections, trois défaites. Avec les départementales et les régionales qui s’annoncent en 2015, Francois Hollande a toutes les chances de réaliser le grand chelem.

Frondeurs

Ils ont pris leur envol avec l’arrivée de Manuel Valls à Matignon. Contre le pacte de responsabilité, une quarantaine de députés socialistes mènent la guérilla dans l’hémicycle et les médias. La majorité rétrécit. Les écologistes Cécile Duflot et Pascal Canfin quittent le gouvernement quand Manuel Valls devient Premier ministre, suivis au mois d’août par Arnaud Montebourg, Benoit Hamon et Aurélie Filippetti.

Bygmalion

Ce fut la campagne présidentielle la plus chère en France, celle de Nicolas Sarkozy, à 40 millions d’euros (le double du plafond autorisé). Deux ans après 2012, le pot aux roses est découvert : un système de fausses factures éditées par la société Bygmalion, dirigée par des proches de Jean-François Copé. Juste après les élections européennes, le président de l’UMP est poussé à la démission dans un climat de haine. Le parti, au bord de l’explosion, croule sous les dettes. Les juges perquisitionnent, mettent en examen, et s’interrogent : qu’en savait Nicolas Sarkozy ?

National

Marine Le Pen fête la victoire du Front national aux élections européennes à l’Elysée Lounge, un bar situé non loin du palais l’Elysée. Ce 25 mai 2014 fera date dans l’histoire politique. Pour la première fois, la formation d’extrême droite se hisse en tête d’un scrutin national, en rassemblant près d’un quart des votants. Deux mois auparavant, le FN a gagné dix mairies et fait élire plus de 1 500 conseillers municipaux, un record. Nouveau coup de tonnerre au mois de septembre, le parti dirigé par Marine Le Pen fait pour la première fois son entrée à la Haute Assemblée avec l’élection de deux sénateurs. Signe supplémentaire d’une « lepénisation des esprits » ? Le succès d’édition de l’essai d’Eric Zemmour, Le suicide français. L’ex-journaliste réhabilite le régime de Vichy et pourfend les musulmans. Son ouvrage caracole en tête des ventes en cette fin d’année avec 400 000 exemplaires vendus.

Retours

On l’attendait en 2015, mais le départ brutal de Jean-François Copé de la présidence de l’UMP a contrarié ses plans, sans parler de sa garde à vue et de sa mise en examen pour corruption active en juillet. Au terme d'un faux suspense et d’un storytelling sans surprise, Nicolas Sarkozy passe aux aveux en septembre sur Facebook : son retour officiel passe par la case UMP. Mais la route de la revanche n’est pas un long fleuve tranquille. Bousculé par Bruno Le Maire, l’ex-chef d’Etat bégaie sur l’immigration et cède aux adversaires du mariage pour tous. Son élection à la tête de l’UMP est loin d’être le triomphe annoncé. Son retour laborieux s’accompagne du retour en fanfare d’Alain Juppé, Premier ministre il y a 20 ans... Le maire de Bordeaux, nouveau chouchou des sondages, se déclare en août candidat à la présidentielle et contraint Nicolas Sarkozy à accepter l’organisation d’une primaire en 2016.

Zadistes

Les ZAD, zones d’aménagement différé, sont devenues des zones à défendre. Les zadistes affrontent les forces de l'ordre sur le site du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, cher à Jean-Marc Ayrault. Sur le chantier du barrage de Sivens, un militant de 24 ans, Rémi Fraisse, est tué par une grenade offensive de la gendarmerie. Le gouvernement tarde à réagir, le ministre de l’Intérieur est sur la sellette. Après l’abandon de l’écotaxe, et malgré le vote de la transition énergétique, le divorce grandit avec les écologistes.

Démissions

En cascade. La république de François Hollande n’est pas aussi « exemplaire » que cela. Un an après le scandale Cahuzac, le conseiller politique du président Aquilino Morelle est poussé hors de l’Elysée après l'anecdote ravageuse du cireur de chaussures et des soupçons de conflit d’intérêt. Thomas Thévenoud, épinglé par le fisc, entre dans l’histoire en devenant le ministre le plus éphémère et en révélant à la France entière une maladie jusqu’ici inconnue : la « phobie administrative ». Le série noire de la rentrée se poursuit avec des affaires embarrassantes pour deux proches de François Hollande. Le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants Kader Arif doit démissionner en décembre, suivi très vite par Faouzi Lamdaoui, conseiller à l'Elysée.

Courbe

Celle du chômage. François Hollande n’a pas réussi à l’inverser et reconnait son « échec ». L’année se termine à un niveau jamais égalé, près de 3,5 millions de demandeurs d’emplois. L’autre courbe, celle de la popularité de François Hollande, atteint elle son niveau le plus bas, 13%. Jamais un président n’a été aussi impopulaire et aussi contesté dans son propre camp. Le « Hollande bashing » fait fureur, devient un phénomène d’édition et le débat sur une primaire à gauche avant 2017 est lancé. Pris sous un déluge de pluie, encore un, sur l’île de Sein en Bretagne, François Hollande apparaît comme un président rincé. Mais le retour de Nicolas Sarkozy lui redonne quelques couleurs, et François Hollande confie : « Je serai là… »

François Hollande sur l'île de Sein (Bretagne), le 25 août 2014.
François Hollande sur l'île de Sein (Bretagne), le 25 août 2014. Reuters

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.