Accéder au contenu principal
France / Migrations

Forte tension à Calais entre groupes de migrants

Campement précaire de migrants soudanais dans la région de Calais au mois de décembre.
Campement précaire de migrants soudanais dans la région de Calais au mois de décembre. REUTERS/Philippe Wojazer

A Calais, dans le nord de la France, une bagarre entre migrants a éclaté dans la nuit de vendredi à samedi faisant 7 blessés. Quelque 200 migrants étaient impliqués dans la rixe et la police est intervenue. Cet incident survient dans un contexte de tensions alors qu'en raison des fêtes de fin d'année le trafic routier entre le continent et le Royaume-Uni s'est ralenti et alors que le hangar destiné à abriter les migrants du froid a été fermé sur ordre de la préfecture hier.

Publicité

« Il s'agit d'une rixe importante » a déclaré à l'Agence France presse le sous-préfet de Béthune dans le Pas-de-Calais. Environ 2300 migrants vivent dans des conditions extrêmement précaires dans la région de Calais. Déjà le 31 décembre la tension était sensible entre migrants afghans et africains en raison de l'absence de trafic routier entre le continent et le Royaume-Uni, explique une association d'aide aux migrants. Par ailleurs, un hangar destiné à les abriter du froid a été fermé sur ordre de la préfecture hier. Ouvert au lendemain de Noël dans le cadre du plan Grand froid déclenché chaque hiver par les autorités lorsque les températures chutent, cet espace offrait un refuge aux migrants malmenés par les intempéries et des conditions de vie difficiles.

Un refuge précaire mais un refuge

C'était un simple hangar quelque peu aménagé : des matelas posés sur des tapis de judo, des toilettes mobiles à l'extérieur, juste des robinets d'eau froide à l'intérieur. Ni eau chaude ni douche : le confort y était sommaire. Mais pendant sept jours, le lieu fut un refuge pour près de 150 personnes par nuit. Bien peu au regard du nombre de 2.300 migrants qui vivent dehors dans cette ville de Calais où se concentrent nombre de candidats au départ vers le Royaume-Uni.

Mais selon le directeur de l'association Solid'R, en charge de la gestion du centre, ce sont plus de 550 personnes qui ont été accueillies pendant la semaine. Les migrants - dit-il - se sont relayés pour venir dormir au chaud : certains restaient dans les tentes pour les garder et surveiller les affaires, les bagages n'étant pas admis dans le hangar.

Pour le préfet du département, la remontée des températures ne justifiait plus de maintenir cette structure ouverte. Le plan Grand froid est passé de niveau 2 au niveau 1 aussi le nombre de places dans les centres d'accueil d'urgence a été réduit et ce hangar tout simplement fermé. Une application stricte du cadre réglementaire... Mais cette décision va à l'encontre du souhait de la ministre du Logement. Sylvia Pinel avait souhaité, mardi, que ces centres d'accueil d'urgence restent ouverts jusqu'à la fin de la trêve hivernale en mars... quelles que soient les températures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.