Accéder au contenu principal
France / Terrorisme

Attentat à Charlie Hebdo: «un coup porté à tous les musulmans»

Les leaders des principales religions quittent le palais de l'Elysée après un rendez-vous avec le président Hollande, le 7 janvier 2015. Dalil Boubakeur, Joël Mergui, François Clavairoly, Georges Pontier, Emmanuel Adamakis et Marie-Stella Boussemart.
Les leaders des principales religions quittent le palais de l'Elysée après un rendez-vous avec le président Hollande, le 7 janvier 2015. Dalil Boubakeur, Joël Mergui, François Clavairoly, Georges Pontier, Emmanuel Adamakis et Marie-Stella Boussemart. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

« Nous avons vengé le Prophète ! », s'est exclamé l'un des tueurs après avoir commis un massacre à l'intérieur des locaux de l'hebdomadaire Charlie Hebdo. Toute l'après-midi, les réactions ont déferlé en France, dans le monde, sur les réseaux sociaux. En France, les autorités musulmanes n'ont pas tardé à faire entendre leur voix en condamnant « cet acte barbare ».

Publicité

Au nom des « musulmans de France », le Conseil français du culte musulman (CFCM) a réagi avec une célérité inhabituelle à ce « drame d'ampleur nationale », cette « attaque contre la démocratie et la liberté de la presse ». Cet attentat sanglant « est un coup porté à l'ensemble des musulmans », a déclaré son président Dalil Boubakeur.

« Nous avons voulu nous rendre sur les lieux pour témoigner de notre présence auprès des victimes et des familles des victimes et dire l'indignation que nous inspire cet attentat qui a choqué par sa violence, par sa barbarie, l'ensemble de la communauté, en plus de notre condamnation la plus ferme de ces méthodes qui font l'amalgame de la religion d'une manière complètement indue. L'islam n'a jamais demandé à quiconque de faire justice soi-même et d'assassiner la vie humaine. C'est une véritable forfaiture, une véritable trahison de l'islam et nous voulons inviter nos frères, nos organisations musulmanes, à mettre rapidement sur pied une manifestation de protestation, d'indignation et de condamnation », a expliqué le recteur de la Grande Mosquée de Paris sur RFI.

L'instance de représentation de la première communauté musulmane d'Europe (3,5 à 5 millions de fidèles) a appelé en outre ses coreligionnaires « à faire preuve de la plus grande vigilance face aux éventuelles manipulations émanant de groupes aux visées extrémistes, quels qu'ils soient ».

Séparément, mais sur le même ton, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a dénoncé « de la manière la plus ferme cette attaque criminelle et ces horribles meurtres ». « Nous souhaitons apporter, en tant qu'êtres humains, en tant que citoyens, notre soutien à la famille ainsi qu'à tous les salariés, a confié à RFI Lekbir Kotbi, directeur général de l'UOIF. C'est un devoir de condamner des actes barbares, abominables. Notre religion, l'islam, nous demande de condamner de tels actes et d'être solidaire avec les victimes. C'est un drame. On est en train d'organiser avec nos partenaires une marche de soutien pour condamner ces actes barbares. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.