France

Attentat à Charlie Hebdo: Hollande reçoit les responsables politiques

L'ancien président Nicolas Sarkozy a été le premier responsable politique à avoir été reçu par François Hollande, au lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo.
L'ancien président Nicolas Sarkozy a été le premier responsable politique à avoir été reçu par François Hollande, au lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo. REUTERS/Philippe Wojazer

François Hollande reçoit ce jeudi 8 janvier les responsables des groupes politiques pour appeler à l’unité nationale, au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo. Une marche d'unité nationale est prévue pour dimanche, à laquelle tous les partis sont conviés, excepté le Front national.

Publicité

Le premier à avoir été reçu ce matin, c’est le président de l’UMP Nicolas Sarkozy, qui est arrivé à l’issue de la réunion de crise organisée à l’Elysée. Une réunion qui rassemblait autour du président, le Premier ministre, les ministres régaliens ainsi que les responsables des principaux services de police, de gendarmerie et de renseignements.

La question de la sécurité, François Hollande l’a également abordée avec Nicolas Sarkozy. L’ancien chef de l’Etat a d’ailleurs demandé à ce que de nouvelles mesures de sécurité soient prises dans les heures qui viennent. « J’ai dit au président Hollande qu’il y avait sans doute des mesures à prendre, des décisions à prendre, un niveau de fermeté et de vigilance à augmenter. »

Appel à l'unité nationale

François Hollande, à en croire le président de l’UMP, aurait justement l’intention d’annoncer de nouvelles mesures en ce sens. Il pourrait le faire dans l’après-midi. Dans ce contexte tragique, l’exécutif appelle depuismercredi au rassemblement, à l’unité nationale. C’est ainsi que Manuel Valls a convié, hier, Nicolas Sarkozy et l’UMP, à participer à la manifestation en hommage aux victimes qui se tiendra dimanche à 15h, et non plus samedi comme annoncé initialement. Réponse de l’ex-chef de l’Etat : « Si les conditions sont réunies, nous appellerons à la participation à cette manifestation, qui doit se faire dans un climat de recueillement, de rassemblement. »

Ce jeudi, dans l’après-midi, François Hollande devait recevoir à l’Elysée les présidents de l’Assemblée et du Sénat, ainsi que les présidents des différents groupes politiques représentés au Parlement.

Le chef de l’Etat recevra demain les représentants des autres partis, ceux qui ne sont pas représentés, par un groupe, à l’Assemblée nationale et au Sénat. François Bayrou, le président du Modem, Jean-Luc Mélenchon, du Parti de gauche, et Marine Le Pen, la présidente du Front national seront ainsi reçus en matinée. Marine Le Pen et sa formation n’ont en revanche pas été conviées à participer à la marche républicaine de dimanche.

La présidente du parti d'extrême droite a pourtant déclaré, ce matin, vouloir participer elle aussi à l'unité nationale. Mais dans un même temps, Marine Le Pen s'est démarqué du reste de la classe politique en évoquant la peine de mort. Si elle est un jour élue présidente, a-t-elle à nouveau annoncé ce matin, elle organisera un référendum sur le sujet. Personnellement, elle-même s'est dite favorable à son rétablissement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail