France

Manuel Valls prend le contrepied de Benyamin Netanyahu

Manuel Valls au rassemblement du Crif, porte de Vincennes, le 10 janvier 2015.
Manuel Valls au rassemblement du Crif, porte de Vincennes, le 10 janvier 2015. AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Manuel Valls a garanti ce samedi que «la France sans les juifs de France n'est plus la France», devant le magasin cacher où ont été tuées quatre personnes la veille par le jihadiste Amedy Coulibaly, répondant ainsi au Premier ministre israélien qui avait lancé plus tôt : «Israël est votre foyer».

Publicité

Arrivé par surprise vers 19H25 au rassemblement convoqué par le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), devant le magasin Hyper Cacher où s'est déroulée la prise d'otages vendredi, Manuel Valls a affirmé que « les juifs de France, depuis de nombreuses années, ont peur », proclamant aussi : « nous sommes tous aujourd'hui Charlie, tous policiers, tous des juifs de France ».

Manuel Valls a assuré que la place des juifs de France était en France, répondant du tac au tac à Benyamin Netanyahu, qui avait lancé plus tôt dans la journée : « A tous les juifs de France, tous les juifs d'Europe, je vous dis : Israël n'est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier. Israël est votre foyer ». Benyamin Netanyahu sera d'ailleurs présent à Paris dimanche pour ce qui s'annonce comme une manifestation hors normes aux côtés de très nombreux chefs d'Etat, accompagné de son ministre des Affaires étrangères et faucon du gouvernement, Avigdor Lieberman.

Salué par plusieurs salves d'applaudissements, le Premier ministre a rendu hommage à
« la communauté juive la plus nombreuse d'Europe, la plus ancienne, qui a tellement contribué à la République ».

Déjà, en octobre 2012, quelques mois après la tuerie perpétrée par l'islamiste Mohamed Merah à Toulouse, le Premier ministre israélien avait lancé aux juifs de France : « Venez en Israël ! ». « La place des juifs de France, c'est d'être en France », avait alors rétorqué François Hollande.

Samedi soir, selon les médias israéliens, Benyamin Netanyahu aurait chargé un comité ministériel de discuter durant la semaine de moyens d'encourager l'immigration des juifs français et des juifs européens.


Plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées porte de Vincennes à Paris à l'appel du Crif, dont de nombreuses personnalités politiques, associatives ou religieuses. Parmi celles-ci étaient présents : les ministres de l'Intérieur (Bernard Cazeneuve), de la Justice (Christiane Taubira), de l'Education nationale (Najat Vallaud-Belkacem), le secrétaire d'Etat aux affaires européennes Harlem Désir, les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher, le maire de Paris Anne Hidalgo, l'ancienne ministre UMP Valérie Pécresse, le président du Consistoire central israélite Joël Mergui, le président de la région Midi-Pyrénées Martin Malvy, l'ambassadeur d'Israël en France Yossi Gal et le président de SOS Racisme Dominique Sopo.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail