France

France: le monde médical dans la rue contre le projet de loi de santé

Des médecins libéraux lors d'une manifestation à Lyon, le 23 décembre, contre un projet de loi qui prévoit entre autres la généralisation du tiers payant.
Des médecins libéraux lors d'une manifestation à Lyon, le 23 décembre, contre un projet de loi qui prévoit entre autres la généralisation du tiers payant. AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Médecins généralistes, chirurgiens, infirmiers, internes seront dans la rue ce dimanche pour protester contre le projet de loi de santé de la ministre de la Santé Marisol Touraine. Les étudiants seront eux aussi nombreux à manifester partout en France. Ils souhaitent ainsi montrer leur opposition au texte que propose la ministre et qui devrait passer devant le parlement fin mars ou début avril.

Publicité

« Non au projet de loi santé, tous unis pour la santé de demain. » Derrière ce slogan, toutes générations confondues, les professionnels de la santé durcissent le mouvement entamé en octobre dernier. Jérôme Pinot, porte-parole de l'intersyndicat national des internes (ISNI) : « Pour nous, ce projet de loi de santé doit s’écrire avec les jeunes. On est d’accord qu’il faut une réforme du système de santé, mais actuellement le projet de loi ne le permet pas. Et l’ISNI demande depuis le début à ce qu’on soit pris en compte dans la réécriture du projet, s’il y a réécriture. »

Les étudiants en médecine expriment également leur malaise. Sébastien Foucher, président de l'association des étudiants en médecine de France : « Ca fait trois ans nous qu’on dit au ministère, il faut faire de l’interprofessionnalisé dès les études, il faut mettre les gens ensemble. Mettez-nous avec les kinés, avec les infirmiers… Rien du tout. En fait on est formé pour exercer, je ne sais pas il y a 20 ans, mais en tout cas pas pour dans 10 ans. »

Les jeunes généralistes sont aussi de la partie pour exprimer leur désaccord. Théo Combes, président du Syndicat des jeunes médecins généralistes de France : « L’hôpital doit être centré sur ses missions propres et ensuite on doit redistribuer des moyens vers ce qu’on appelle les soins primaires c’est-à-dire le panier de soins nécessaires à la population qui est fait par les médecins de proximité qui sont avant tout les médecins généralistes. »

Plus de 20 000 manifestants sont attendus dans les rues ce dimanche par les organisateurs de la manifestation des médecins.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail