France / Terrorisme

Attentat déjoué en France: Sid Ahmed Ghlam avait-il des complices?

Les enquêteurs inspectent le site où Sidi Ahmed Ghlam a tué une jeune conductrice le 19 avril 2015, à Villejuif, en banlieue parisienne.
Les enquêteurs inspectent le site où Sidi Ahmed Ghlam a tué une jeune conductrice le 19 avril 2015, à Villejuif, en banlieue parisienne. AFP PHOTO/FRANCOIS GUILLOT

C'était il y a 8 jours. Un jeune étudiant de 24 ans appelait les pompiers pour une blessure par balle à la jambe. Finalement, il a été mis en examen pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste. Sid Ahmed Ghlam est soupçonné d'avoir tué une jeune femme à Villejuif, dimanche 19 avril, et d'avoir voulu perpétrer un attentat contre une église catholique de la ville. Tests balistiques, analyses de sang, traces d'ADN, les éléments à charge contre lui sont lourds. Mais aujourd'hui, l'enquête se poursuit. Elle se concentre sur d'éventuelles complicités. Et trois personnes sont actuellement en garde à vue.

Publicité

Trois personnes ont été interpellées au cours du week-end. Un homme de 27 ans vivant à Saint-Ouen, dans la banlieue nord de Paris. Son ADN a été retrouvé sur une brosse à cheveux au domicile de Sid Ahmed Ghlam. Les enquêteurs se demandent s'il est lié aux agissements de l'étudiant en électronique, mais ont pour l'instant plus de questions que de certitudes.

Un autre homme a, lui, également été interpellé et le concernant, les soupçons sont un peu plus forts. Son ADN a également été retrouvé au domicile de Sid Ahmed Ghlam, mais aussi dans une voiture qui concentre l'attention des enquêteurs. Il s'agit d'une voiture volée, retrouvée à Aulnay-sous-Bois, toujours en banlieue parisienne. Les enquêteurs soupçonnent que tout ou partie de l'arsenal de Sid Ahmed Ghlam y avait été dissimulé et que c'est dans cette voiture que le jeune homme aurait récupéré ses armes.

Enfin, une troisième personne est, elle aussi, actuellement interrogée. Personne pour laquelle moins d'informations ont filtré, sinon qu'elle est soupçonnée d'avoir apporté une aide logistique. Les enquêteurs ont en tout cas la conviction que Sid Ahmed Ghlam n'a pas agi seul.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail