France

France: un 1er-Mai raté pour le FN

Lors du traditionnel défilé du 1er-Mai du FN, Jean-Marie Le Pen et sa fille se sont superbement ignorés.
Lors du traditionnel défilé du 1er-Mai du FN, Jean-Marie Le Pen et sa fille se sont superbement ignorés. REUTERS/Philippe Wojazer

Le traditionnel rassemblement du Front national en l'honneur de Jeanne d'Arc, qui a rassemblé moins de 4 000 personnes ce vendredi 1er mai, a été marqué par des incidents - intervention de Femen, agression de journalistes à coups de parapluie - , sur fond de rupture grandissante entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie.

Publicité

Cela faisait un petit moment que les gros bras du service d’ordre du FN n’avaient pas fait parler d’eux. Leur intervention violente pour déloger trois Femen, seins nus et bras tendus, depuis le balcon d’un hôtel est pourtant l'image qui restera de ce rassemblement frontiste du 1er mai. La présidente du FN, Marine Le Pen, a annoncé qu’une plainte avait été déposée contre les militantes féministes.

Une autre image, encore : celle de Bruno Gollnisch, l'ex-numéro 2 du FN, assénant quelques coups de parapluie à une équipe de télévision. Comme un retour soudain aux années 1990, quand le Front national assumait l'étiquette « extrême droite ». A l'heure où Marine Le Pen tente d'exfiltrer son père, c'est bien le vieux FN qui la rattrape, bien loin de l'image normalisée et dédiabolisée qu'elle espère imposer.

Défiée par les Femen au point de devoir interrompre son discours, la patronne du Front national a été défiée aussi par Jean-Marie Le Pen. Le père et la fille se sont royalement ignorés, chacun déposant sa gerbe au pied de la statue de Jeanne d'Arc. Privé d'estrade par la présidente du FN, Jean-Marie Le Pen s'y est quand même invité, sans un regard pour sa fille, pour saluer la maigre foule des militants, avant, dans un dernier geste de défi, de quitter la place de l'Opéra, sans écouter son discours.

Les Femen dénoncent « une idéologie qui prône la ségrégation »

La cheffe de file des Femen en France a annoncé, au micro de RFI, avoir « de bonnes raisons de poursuivre les chargés de sécurité du Front national pour violation de domicile, violences et arrestations arbitraires ». Ina Shevchenko a aussi expliqué les raisons de la présence du groupe féministe à ce rassemblement. « Pour les Femen, c’était un devoir de gâcher la célébration de Marine Le Pen aujourd’hui, parce que nous sommes convaincus que l’idéologie du FN, de ses leaders et de ses partisans est semblable à l’idéologie fasciste », explique-t-elle.

Pour Ina Shevchenko, le FN prône « une idéologie qui prône la ségrégation, la division dans la société. Et le féminisme, c’est aussi un humanisme. Quand on parle de droits de l’homme, on parle du droit des femmes. L’idéologie du FN s’attaque aux droits des femmes», martèle la militante féministe, qui insiste sur « leur volonté de restreindre l’accès à l’avortement, leur promotion du rôle des femmes en tant que mères, en tant qu’épouses... Des rôles des traditionnels. »

Et pour Ina Shevchenko, l'argument est aussi historique : « on ne devrait pas accepter l’interprétation par le FN de qui était Jeanne d’Arc. Jean d’Arc était probablement plus proche de l’idéologie des Femen que de celle de Marine Le Pen. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail