France

Sarkozy charge Hollande et plaide pour le nouveau nom de l'UMP

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, lors de son meeting aux Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, le 11 mai 2015.
Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, lors de son meeting aux Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, le 11 mai 2015. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Nicolas Sarkozy revient sur le devant de la scène, et feint d'ignorer ses derniers ennuis avec la justice. La Cour d'appel de Paris a en effet validé la semaine dernière les écoutes téléphoniques du président de l'UMP qui lui valent d'être mis en examen pour corruption et trafic d'influence. Une mise en examen qui pourrait bien mettre à mal ses ambitions pour la présidentielle de 2017. En meeting lundi 11 mai au soir aux Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, Nicolas Sarkozy a donc préféré se projeter moins loin dans le temps, et en l'occurence au congrès de l'UMP du 30 mai. C'est à cette date que les militants seront invités à se prononcer sur le nouveau nom du parti.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Pavillons-sous-BoisLéa Ticlette

Le bilan du président de la République, la réforme des collèges, le chômage et les impôts, tout y passe dans le discours de Nicolas Sarkozy aux Pavillons-sous-Bois. Contrairement à François Hollande, dit-il, ses promesses seront tenues.

« Tout ce qu'on va annoncer, il va falloir le réaliser, a-t-il martelé. Mieux vaut ne rien dire si l'on n'est pas capable de tenir. Cela vaut pour chaque maire, pour chaque élu, pour chaque élu départemental, et bien sûr pour moi et pour la famille politique qui est la nôtre et que je préside. »

Le président de l'UMP en a profité pour insister sur les valeurs laïques de la République. « En France, il n'y a qu'une communauté, la communauté nationale. La République ne veut pas entendre parler du communautarisme ! », a-t-il déclaré, sous les applaudissements nourris de ses partisans, en profitant au passage pour réaffirmer le terme de « Républicains » qu'il souhaiterait adopter comme nouveau nom de son parti politique. « Vous savez quelle est la différence entre les socialistes et nous ? C'est que les socialistes sont d'abord socialistes. Nous, nous sommes républicains avant d'être de droite. »

Pas un mot en revanche sur les affaires qui l'ont rattrapé la semaine dernière. Pour les militants présents, ces histoires n'avaient pas leur place dans un meeting. D'ailleurs, ils reprennent d'eux-mêmes le refrain de la victimisation. Ce qu'attendent les militants UMP, c'est « l'alternance du pouvoir ». Reste à savoir si le calendrier judiciaire ne gênera pas les ambitions de Nicolas Sarkozy, empêtré dans une demi-douzaine d'affaires.

C'est peut-être pas un complot mais il est évident qu'il y a plein d'affaires qui sortent, et c'est toujours à droite et à l'extrême droite mais jamais sur la gauche !

Militants UMP au meeting de Nicolas Sarkozy aux Pavillons-sous-Bois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail