France

Fiscalité: Hollande relance le prélèvement à la source de l'impôt

Le 19 mai 2015 à Carcassonne, dans le sud de la france, François Hollande a prononcé un discours aux intonations de campagne électorale.
Le 19 mai 2015 à Carcassonne, dans le sud de la france, François Hollande a prononcé un discours aux intonations de campagne électorale. AFP PHOTO / PASCAL PAVANI

Le vote des militants socialistes en faveur de la motion de Jean-Christophe Cambadélis, clairement favorable à la politique du gouvernement, donne à François Hollande les coudées plus franches pour s'engager dans la bataille de la prochaine présidentielle. Mais le chef de l'Etat le sait, pour avoir une chance, il lui faut rassembler la gauche. Alors, il a décidé de donner des signes, notamment sur la fiscalité.

Publicité

François Hollande lui-même a donné le top départ. Lors d'un discours devant plusieurs centaines d'élus la semaine dernière à Carcassonne, le chef de l'Etat a déclaré qu'après l'effort du redressement, le temps de la redistribution était venu. Et d'évoquer le prélèvement à la source de l'impôt, l'un des éléments d'une grande réforme fiscale réclamée inlassablement par les socialistes mais toujours repoussée.

Le prélèvement à la source « avant la fin du quinquennat »

La parole présidentielle avait été reprise par le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll mercredi, mais ce proche du président n'avait alors donné aucune échéance pour la mise en œuvre d'une telle mesure. Le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux, a rectifié le tir dimanche 23 mai, assurant sur iTélé et Europe 1 : « Il y a une période de trois ou quatre ans sur laquelle il faut étaler cette réforme de prélèvement à la source. Mais oui, avant la fin du quinquennat, elle aura été commencée. »

La motion arrivée en tête du dernier scrutin interne du Parti socialiste, un texte porté par le premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis et soutenu par l'exécutif, défendait l'idée d'une remise en route du « chantier de l'impôt citoyen » dès « le projet de budget pour 2016 », avec « un prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu et une réduction de la CSG sur les premières tranches de revenus ». « Il y a, dans notre parti, dans notre motion, l'envie d'aller beaucoup plus loin en matière de justice fiscale », explique M. Le Roux, signataire de cette motion A.

Objectif rassemblement pour la présidentielle 2017

Après la suppression de la première tranche d'impôt, François Hollande avance donc sur cette mesure. Reste la question de la fusion de la Contribution sociale généralisée (la fameuse CSG) et de l'impôt sur le revenu, une autre attente des socialistes sur laquelle l'exécutif est encore réticent. Rappelons que ce point était dans le programme du candidat Hollande. Mais le constat est là : François Hollande donne des gages aux socialistes, et plus largement à l'électorat de gauche, insatisfait de voir le président mener depuis 2012 une politique économique orientée principalement vers l'amélioration de la compétititvité des entreprises.

L'objectif de François Hollande est clair : être en capacité de rassembler le peuple de gauche d'ici 2017. La prochaine étape pourrait être une réorientation des sommes allouées aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, qui doit être soumis à une évaluation au mois de juillet. Par ailleurs, avec le prélèvement à la source, déjà pointe un possible axe de campagne présidentielle, persceptible dans les propos de Bruno Le Roux : « Le prélèvement à la source doit être le préalable de la grande réforme fiscale, qui doit avoir lieu au début d'un quinquennat, pas à la fin d'un quinquennat », plaide le patron des députés socialistes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail