France

France: Juppé et Sarkozy vont désormais tenter de se démarquer

L'ancien président Nicolas Sarkozy et l'ancien Premier ministre Alain Juppé, le 30 mai 2015 à paris pour le congrès fondateur du parti Les Républicains.
L'ancien président Nicolas Sarkozy et l'ancien Premier ministre Alain Juppé, le 30 mai 2015 à paris pour le congrès fondateur du parti Les Républicains. AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Au lendemain du congrès fondateur du nouveau parti de la droite française, Les Républicains, Alain Juppé a pris ses distances avec Nicolas Sarkozy, dimanche 31 mai 2015, regrettant notamment le « vocabulaire excessif » employé samedi par l’ancien chef de l’Etat face aux militants. Alain Juppé a également menacé de ne pas participer à la primaire si celle-ci n’était pas ouverte au centre. Invité du journal de France 2, Nicolas Sarkozy a tenté de reprendre de la hauteur.

Publicité

Nicolas Sarkozy était l'invité de France 2 dimanche soir à 20 h, pour évoquer la création du parti Les Républicains. Et l'ancien chef de l'Etat a préféré ne pas répliquer aux piques d'Alain Juppé survenues le matin même sur Europe 1. Le maire de Bordeaux avait jugé « excessif » le vocabulaire employé par Nicolas Sarkozy la veille, lorsqu'il avait dénoncé « la terrifiante médiocrité de ceux qui nous gouvernent », accusant la gauche d'avoir « trahi », « abandonné », « abaissé » la République. Face au propos de l'ancien chef de l'Etat, Alain Juppé s'était interrogé à voix haute sur la « tonalité de certains discours », face à une expression qu'il avait jugée « un peu vigoureuse, un peu excessive ».

Réponse de Nicolas Sarkozy : « Alain Juppé est un homme de grande qualité, qui fait honneur à notre famille politique. Bruno Le Maire et moi, nous avons été candidats à la présidence de notre formation politique, et ça s'est très bien passé, nous nous parlons pratiquement toutes les semaines. Le moment des primaires viendra en septembre 2016 (le scrutin lui-même est prévu en novembre, NDLR). Mais d'ici là, il y a les souffrances des Français, il a fallu gagner les élections départementales. Il y a les élections régionales qui viennent. Je ne rentrerai pas dans ce jeu là. Ma responsabilité de président de ma famille, c'est de garantir que chacun peut s'exprimer. »

« Je n'irai pas dans une primaire des Républicains »

En agissant ainsi, l'ancien président veut se placer au-dessus de la mêlée et tenter d'apparaître à terme comme le seul capable de rassembler sa famille. Sauf que dimanche, Alain Juppé a également brandi la menace de ne pas participer à la primaire si celle-ci n'était pas ouverte au centre. « Si les primaires sont transparentes, s'il y a suffisamment de votants, si ce sont bien des primaires de la droite et du centre, moi je jouerai totalement le jeu (...) Si la primaire, c'est la primaire des Républicains, non, ça n'a pas de sens. Je n'irai pas dans une primaire des Républicains, j'irai dans une primaire de l'alternance. Donc, ça veut dire que la droite et le centre se mobilisent et qu'on arrive à faire voter deux, trois, quatre millions de personnes. »

La crainte de l'ancien Premier ministre : que Nicolas Sarkozy soit tenté de faire traîner les choses alors que le temps presse. Il faut non seulement trouver les 10 000 bureaux de vote qui accueilleront les électeurs en novembre 2016, mais surtout décider de leur répartition dans les différentes circonscriptions. Alain Juppé a donc voulu faire pression sur Nicolas Sarkozy pour que les choses ne trainent pas et pour que les 15 membres du comité d'organisation de cette primaire soient nommés le plus rapidement possible. « Je vais gagner la primaire, je vais tout faire pour ça, insiste Alain Juppé. Vous croyez que je me présente pour être battu ? Je vais gagner parce que je suis déterminé à gagner, parce que je vois bien que les idées que je défends ont un écho important dans l'opinion publique. »

→ Le congrès des Républicains, nouveau nom de l'UMP est aussi à la Une de la revue de presse du jour

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail