France, Politique française

Jean-Marie Le Pen conteste en justice sa suspension du FN

Lors d'une session au Parlement européen, en mai 2015 à Strasbourg, Marine Le Pen et son père, Jean-Marie, ont fait mine de s'ignorer.
Lors d'une session au Parlement européen, en mai 2015 à Strasbourg, Marine Le Pen et son père, Jean-Marie, ont fait mine de s'ignorer. REUTERS/Vincent Kessler
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les règlements de compte se poursuivent au Front national. Suspendu le mois dernier du parti par sa fille, Jean-Marie Le Pen a décidé de contester cette décision en justice.

Publicité

Le vieux tribun donnait l’impression ces derniers jours de vouloir apaiser les choses. « Marine, parlons-nous », avait répondu Jean-Marie Le Pen, le 22 mai, interrogé sur les propos qu'il aimerait tenir à sa fille. Visiblement, la discussion entre le père et la fille n’a pas eu lieu.

Malgré les tentatives de rapprochement opérées notamment par Bruno Gollnisch, l’un des proches du patriarche, la présidente du Front national n’entend nullement dévier de sa ligne. Elle veut priver son père de la fonction de président d’honneur du FN et faire avaliser cette proposition par les militants.

Mouvement concurrent ?

Ces derniers seront appelés à se prononcer par mail sur le sujet à partir du 20 juin. Le résultat devrait être rendu public aux alentours du 10 juillet. Il s'agit là d'une décision insupportable pour Jean-Marie Le Pen, qui ne peut accepter de se voir écarter d’un parti qu’il a lui-même fondé en 1972.

Ce dernier est donc désormais engagé dans une lutte à mort avec sa fille. Dans un premier temps, il a donc décidé de contester son exclusion en justice. Cette exclusion le prive de son titre de président d’honneur. Pour la suite, il réfléchit à créer un autre mouvement et pourrait également être tenté de ne plus prêter d’argent, via son micro-parti, Cotelec, aux candidats frontistes aux scrutins locaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail