France / Justice

Les parents de Vincent Lambert veulent une nouvelle décision médicale

Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, se dit scandalisée par la décision de la Cour européenne des droits de l'homme.
Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, se dit scandalisée par la décision de la Cour européenne des droits de l'homme. REUTERS/Vincent Kessler/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Cour européenne des droits de l’homme a validé ce vendredi 5 juin l’arrêt de l’alimentation et l’hydratation artificielles de Vincent Lambert, cet homme tétraplégique en état végétatif, cloué dans son lit d’hôpital depuis sept ans. Les parents de Vincent Lambert, catholiques traditionalistes, refusent la perspective de voir leur fils mourir. Ils ont l’intention de continuer à se battre pour le garder en vie.

Publicité

Vivianne et Pierre Lambert se disent scandalisés par le jugement de la Cour de Strasbourg. Leur avocat, maître Jean Paillot, réclame une nouvelle décision médicale. Elle est nécessaire, selon lui, après certains changements survenus à l’hôpital de Reims. « La situation a changé par rapport à la décision de janvier 2014 prise par le docteur Kariger, affirme Me Paillot. A savoir que le docteur Kariger, ayant démissionné de l’hôpital, n’est plus en mesure d’exécuter lui-même la décision qu’il avait prise. Je pense donc que la situation doit aujourd’hui être réanalysée et faire à nouveau l’objet d’une procédure collégiale ».

Pour maître Madeleine Munier-Apaire, conseil du neveu de Vincent Lambert, la requête de ses parents est difficilement recevable. « Ca s’appelle de l’acharnement. Il y a l’acharnement thérapeutique. Aujourd’hui, on est face à un acharnement judiciaire, estime Me Munier-Apaire. La Cour européenne de Strasbourg donne maintenant le feu vert au CHU pour que Vincent puisse enfin partir. Maintenant, il est de la responsabilité de l’Etat français de dire qu’il y a lieu d’appliquer cette décision. Elle a été validée, il est temps maintenant qu’elle soit appliquée. »

L’hôpital de Reims prévoit de réunir très prochainement tous les représentants de la famille Lambert. En France, près de 25 000 personnes décèdent chaque année à la suite des décisions de limitation ou d’arrêt de traitements vitaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail