France / Economie

France: en 2014, le faux départ de la croissance

Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron.
Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La croissance française peine à redémarrer. Elle s'établit à 0,2 % en 2014 après l'accélération de 2013, à 0,7 %, indique l'Insee, qui publie vendredi son rapport sur l'économie française. Une croissance pénalisée par des exportations en berne et des importations toujours plus fortes.

Publicité

Le bilan est implacable et il reste morose. En 2014, malgré plusieurs facteurs favorables, comme la dépréciation de l'euro, la croissance de la France reste faible.

Et si elle peine à redémarrer, c'est surtout parce que le pays exporte moins que ce qu'il importe. Les entreprises ont du mal à gagner des parts de marché à l'étranger et le déficit commercial s'élève à près de 40 milliards d'euros.

Autre facteur de croissance, le pouvoir d'achat des ménages. S'il est en progression pour la première fois depuis 2011, cela ne suffit pas à faire repartir la consommation chez les Français. Ils ont dépensé un peu plus en 2014, +0,6 % après une progression de 0,4 % en 2013. Mais ils doivent faire des choix et reportent certains achats.

L'alimentation et le logement arrivent en tête des dépenses. « Les ménages ont continué à dépenser sur les postes alimentation et logement car ce sont des postes difficilement arbitrables à court termes. La part des dépenses alimentaires est remontée depuis la crise, on doit être autour de 12 % », commente Nathalie Morer, responsable de la consommation des ménages à l’Insee.

Le logement, son entretien, son chauffage et son équipement représentent un tiers de la dépense de consommation des ménages. Conséquence, ils sacrifient l'habillement, l'achat d'une nouvelle voiture ou leurs loisirs.

L’année 2015 s’établit sur des bases encourageantes, puisque la consommation des ménages au premier trimestre semble repartir. « Pour autant, il faut modérer le propos compte-tenu de l’évolution des dépenses de chauffage qui ont rebondi suite à un automne particulièrement clément côté températures, alors que le premier trimestre de l’année 2015 on avait des températures normales », relativise Nathalie Morer.


• Le tourisme, un autre levier pour la croissance française

Avec 84 millions de visiteurs en 2014, la France est la première destination touristique au monde. C'est bien, mais le gouvernement veut faire mieux encore. Toute une série de mesures ont été annoncées jeudi pour mieux accueillir les touristes et doper un secteur créateur d'emplois.

L'objectif affiché est d'accueillir 100 millions de touristes à l'horizon 2020. Pour cela, la France compte déjà sur ses beaux paysages, ses plages réputées, ses fromages onctueux et sa fameuse gastronomie. Un beau pactole selon le ministre les Affaires étrangères Laurent Fabius : « C’est un trésor national. Le tourisme, c’est deux millions d’emplois en France, c’est 7 % de la production nationale, c’est surtout des potentialités extraordinaires. »

Mais la France doit faire fructifier ce trésor en soignant notamment l’accueil. « Lorsque nous servons un café, lorsque nous aidons quelqu’un à trouver son chemin, c’est un service qu’on rend à l’autre, mais aussi - sans employer de trop grands mots - un service qu’on rend à la France, considère le chef de la diplomatie française. Lorsque nous nous trouvons face à des touristes étrangers, nous sommes tous des ambassadeurs de la France. Si le visiteur est satisfait de son séjour, il devient à son tour un ambassadeur de notre pays dans son pays. »

En plus des sourires pour séduire, les touristes pourront compter sur une meilleure offre sur Internet - qui ne lèsera pas les hôteliers français -, des visas plus rapides à obtenir - dématérialisés en 2017 -, un « city pass » pour Paris, des magasins ouverts le dimanche, plus d'hébergements, de meilleures infrastructures financées en partie par le nouveau fonds d'investissement pour le tourisme doté, espère le gouvernement, de plusieurs centaines de millions d'euros. Il sera créé à l'automne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail