Accéder au contenu principal
France / Marine Le Pen

Marine Le Pen annonce la création d'un groupe au Parlement européen

La présidente du Front national Marine Le Pen au Parlement européen. Strasbourg, le 10 juin 2015.
La présidente du Front national Marine Le Pen au Parlement européen. Strasbourg, le 10 juin 2015. REUTERS/Vincent Kessler
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plus d'un an après les élections européennes, le Front national a réussi à rassembler suffisamment de partis pour siéger dans un même groupe politique au sein du Parlement. Le groupe s'appellera « Europe des nations et des libertés ». Le nom que Marine Le Pen envisageait depuis l'an dernier.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles,

Pour constituer un groupe politique au Parlement européen, il faut regrouper au moins 25 élus de sept nationalités différentes. Il manquait donc deux pays au futur groupe Europe des nations et des libertés. Outre les deux partis à l'origine de ce rassemblement, à savoir le Front national et le PVV, le Parti pour la liberté du Néerlandais Geert Wilders, trois autres partis avaient en effet formellement annoncé leur intention de s'y joindre. Il s'agit de la Ligue du Nord en Italie, des séparatistes flamands du Vlaams Belang en Belgique et de la FPÖ, le Parti autrichien pour la liberté. À eux seuls, ils rassemblent 37 députés.

Grâce au ralliement, annoncé ce mardi par Marine Le Pen, de Janice Atkinson, ancienne du parti britannique Ukip dont elle avait été exclue en mars, et de Michal Marusik et Stanislaw Zoltek, deux eurodéputés polonais issus du parti d'extrême droite KNP, le groupe peut voir le jour.

La constitution d'un groupe au Parlement européen permet de prétendre à des subventions qui pourraient aller en l'occurrence de 20 à 30 millions d'euros annuels. Cela permet aussi d'asseoir son influence, à la fois sur l'ordre du jour en siégeant à la conférence des présidents, mais aussi sur les débats en obtenant plus de temps de parole.

Sans Jean-Marie Le Pen

Il est enfin à noter que ni l’eurodéputé Jean-Marie Le Pen, ni son collègue Bruno Gollnisch ne feront partie de ce nouveau groupe parlementaire. C’est ce qu’a indiqué le numéro 2 du Front national, Floriant Philippot, à l’AFP. « Je n'ai pas été sollicité alors que j'ai été élu avec quatre autres députés sur ma liste. Je ne sais pas jusqu'où va l'opprobre », a déclaré pour sa part Jean-Marie Le Pen. Il s’agit là de l’énième épisode d’une brouille, entre le fondateur du FN et l’actuelle équipe dirigeante, qui s’est accentuée avec la proposition de suppression du statut de président d'honneur du parti dévolu jusqu’ici au père de Marine Le Pen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.