Accéder au contenu principal
France / Terrorisme

Attentat en Isère: Manuel Valls évoque une «guerre de civilisation»

Le Premier ministre Manuel Valls a réagi suite à l'attentat dans une usine en Isère, lors du Grand Rendez-vous Europe 1-iTELE-Le Monde, dimanche 28 juin.
Le Premier ministre Manuel Valls a réagi suite à l'attentat dans une usine en Isère, lors du Grand Rendez-vous Europe 1-iTELE-Le Monde, dimanche 28 juin. Capture d'écran www.europe1.fr
Texte par : RFI Suivre
2 mn

François Hollande recevra mardi 30 juin les principaux responsables parlementaires dont les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. L'exécutif reste mobilisé après l'attentat contre une usine de l'Isère le 26 juin. Ce dimanche matin, le Premier ministre Manuel Valls a jugé que la guerre contre le terrorisme était « une guerre de civilisation ». Mais le Premier ministre a aussi dénoncé les amalgames sur l'islam.

Publicité

Manuel Valls dit tenir un « discours de vérité, lucide ». Un discours martial en réalité. « Nous vivons sous une menace terroriste majeure, a alerté le Premier ministre. Nous devons savoir que nous devons combattre et que nous allons combattre dans la durée ce terrorisme. Non, nous ne pouvons pas perdre cette guerre. Parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs, que nous défendons. »

La stratégie de la tension. C’est la première fois que Manuels Valls reprend l'expression « guerre de civilisation », habituellement employée à droite et à l’extrêmedroite. Un moyen d'aller sur le terrain de l’adversaire pour la prochaine présidentielle tout en dénonçant les amalgames entre un islam humaniste et un islam obscurantiste.

« Bloc réactionnaire »

« Je vois bien que certains veulent exploiter cette question à des fins électorales », a déclaré le Premier ministre, citant en exemple « l’extrême droite, le populisme, ce que j’appellerais d’ailleurs le bloc réactionnaire ». Un « bloc » composé selon lui de l'extrême droite mais aussi d'une « partie, malheureusement, de la droite ».

Manuel Valls a enfin prévenu les partis politiques qui voudraient diviser la société. « Attention ! Moi, je suis convaincu que le choix de 2017, ça va être entre ceux qui veulent séparer des populations, des quartiers, des territoires. Or la République, la définition même de la République, de la France, de la laïcité, c’est vivre ensemble ».

La voie paraît bien étroite, alors que le pacte républicain n’a jamais semblé aussi menacé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.