Accéder au contenu principal
France

France: l’Etat condamné pour carences de prise en charge de l’autisme

Selon le président de l'association Vaincre l’autisme, une quarantaine de plaintes ont été engagées et plus d'une centaine d’autres familles pourraient se joindre à l'action en justice..
Selon le président de l'association Vaincre l’autisme, une quarantaine de plaintes ont été engagées et plus d'une centaine d’autres familles pourraient se joindre à l'action en justice.. REUTERS/Jorge Dan Lopez
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En France, sept familles ont obtenu en justice des dédommagements de l'Etat totalisant 240 000 euros pour « carences » de prise en charge de leurs enfants autistes. Une première qui pourrait encourager d'autres actions devant les tribunaux.

Publicité

En matière d’autisme, l'Etat va devoir agir. Et les besoins sont énormes. Treize mille enfants handicapés sont par exemple laissés sans solution éducative. L'autisme est même, selon le Défenseur des droits Jacques Toubon, « la deuxième cause de discriminations ».

Pour M'Hammed Sajidi, président de l'association Vaincre l'autisme, cette décision de justice est donc une véritable victoire. « Enfin, nous avons des jurisprudences qui vont multiplier les plaintes des familles afin que l’Etat et les pouvoirs publics prennent en considération non seulement l’autisme, mais aussi les besoins spécifiques des personnes autistes », se réjouit-il.

M'Hammed Sajidi demande à l'Etat de respecter tout simplement le droit commun à l'égard des enfants autistes comme pour tout citoyen : « accéder à l’école ; cesser d'appliquer sur les personnes autistes des traitements inadaptés, voire parfois des traitements psychiatriques archaïques, alors qu’il y a l’éducation ; être à l’écoute des familles ; de la prise en charge innovante et adaptée que les familles peuvent mettre en place pour leur enfant car elle sauve leur enfant. »Pour les familles d'enfants autistes, les difficultés sont essentiellement « causées par le système et les complications administratives ainsi que l’incompétence des professionnels », estime-t-il.

Un nouveau-né sur 150 serait atteint d'autisme. Et selon les associations, près de 600 000 personnes seraient concernées en France.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.