Ecologie

Nicolas Hulot lance un appel pour le climat en vue de la COP21

Dans un petit livre bleu de 94 pages, Nicolas Hulot adresse un message simple aux dirigeants et aux particuliers.
Dans un petit livre bleu de 94 pages, Nicolas Hulot adresse un message simple aux dirigeants et aux particuliers. RFI/Christophe Carmarans

A huit semaines de la Conférence de Paris sur le climat (COP21), Nicolas Hulot a lancé un appel en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Très déterminé, le créateur d’Ushuaia estime que l’on est à un point de bascule pour limiter à 2°C la hausse des températures.

Publicité

À un peu moins de deux mois de la COP21 (la Conférence de Paris sur le climat) qui se tiendra au Bourget, près de Paris, du 30 novembre au 11 décembre, Nicolas Hulot a voulu dépasser sa fonction d’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète en lançant, mercredi à Paris, un appel en faveur d’une lutte efficace contre le réchauffement climatique. Il s’agissait, a-t-il tenu à rappeler, d’une initiative prise individuellement au nom de sa Fondation et non dans le cadre de ses prérogatives élyséennes.

Cet appel se présente sous trois formes. D’abord un livre de 94 pages intitulé « Osons, plaidoyer d’un homme libre » disponible pour la modique somme de 4,95 euros dans lequel le créateur d’Ushuaïa détaille douze propositions destinées aux décideurs politiques et dix engagements individuels à l’attention des particuliers ; ensuite une pétition en ligne à signer par le plus grand nombre avant la COP21 ; et enfin une vidéo de 5 mn à caractère humoristique signée par la plateforme Golden Moustache dans laquelle Hulot pratique l’autodérision pour sensibiliser les moins de 30 ans aux questions environnementales puisque, selon une étude récente, seulement 13 % de cette tranche d’âge sait précisément quels sont les enjeux de la Conférence de Paris sur le climat.

Un défilé dans Paris le 29 novembre

Une initiative personnelle, en marge de son rôle d'envoyé spécial du président.
Une initiative personnelle, en marge de son rôle d'envoyé spécial du président. Christophe Carmarans / RFI

Nicolas Hulot ne cesse de le marteler, le moment est crucial car insiste-t-il, « nous sommes à un point de bascule » pour limiter le réchauffement à 2°C d’ici la fin du siècle. « J’ai fait des dizaines de voyages, rencontré des milliers de personnes et sur la base de cette expérience, je pense que rien n’est joué », a-t-il poursuivi lors d’une intervention de 30 mn durant laquelle il s’est montré extrêmement déterminé.

Si près de 150 des 195 pays membres de la Convention climat de l’ONU ont annoncé leurs objectifs pour lutter contre le réchauffement, Nicolas Hulot souhaite faire en particulier pression sur les 15 pays industrialisés qui représentent, à eux seuls, 70% des émissions de gaz à effet de serre. Parmi les douze propositions envers les décideurs, le candidat malheureux à la primaire écologiste de 2012 veut qu’ils régulent la finance, intègrent la pollution au prix de vente, soutiennent l’agro-écologie et donnent une gouvernance mondiale à l’environnement.

Quant aux dix engagements individuels à destination des particuliers, il prône entre autres le covoiturage, le choix d’une électricité 100% renouvelable (seulement 30 000 foyers en France) et de « mettre son argent au vert » en n’investissant qu’à travers des organismes éco-responsables. Nicolas Hulot a par ailleurs donné rendez-vous à tous les signataires de sa pétition pour un défilé dans Paris le 29 novembre, soit la veille du début de la COP21.

NB : Nicolas Hulot sera l’invité de C’est Pas du Vent sur RFI dimanche prochain à 11h10 (9h10 TU).

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail