France

Marseille: trois jeunes des quartiers nord tués lors d'une fusillade

Une photo de la cité des Lauriers à Marseille, où trois jeunes ont été abattus, le 25 octobre 2015.
Une photo de la cité des Lauriers à Marseille, où trois jeunes ont été abattus, le 25 octobre 2015. AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS

En France, une fusillade, ce dimanche, à Marseille, a coûté la vie à trois jeunes. Deux des victimes étaient âgées d'à peine 14 et 15 ans, des adolescents. Le troisième avait, lui, 23 ans. Le drame s’est déroulé dans la cité des Lauriers, dans le XIIIe arrondissement, une cité des quartiers nord de la ville. Tout s’est passé vers 2 heures du matin, au cœur de la nuit. Les trois victimes ont été prises pour cible alors qu’elles se trouvaient devant un hall d’immeuble. Le motif n’est pas clair, mais le trafic de drogue est évoqué.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à MarseilleStéphane Burgatt

L’entrée du bloc D est toujours marquée du sang des jeunes victimes. Aux pieds des bâtiments, tous les habitants sont ébranlés, en colère, mais surtout effrayés. « On a peur. On crève de peur. Dès qu’on entend un bruit, ça y est, on n’est pas bien. C’est des minous, c’est des gamins. C’est malheureux », s'indigne l'un des habitants du quartier.

Dévasté, le père de la victime la plus âgée se rend au pied du bâtiment où une vingtaine de balles ont été tirées. « Il n’a eu aucune chance. Il est tombé dans un véritable guet-apens. Il n’est plus là. La mère, elle est en pleurs. Aujourd’hui c’est une hécatombe », s'émeut-il.

« Il va être remplacé par d'autres »

Agées de 14 et 23 ans, les trois victimes rentraient, semble-t-il, d’un mariage. Mais ce que ce papa endeuillé n’ignorait pas, c’est l’implication de son fils dans le point de vente de cannabis de la cité des Lauriers : « J’ai su qu’il était "emboucané" dans ce marché de la drogue. C’était un petit jeune voilà. Il s’est fait avoir. Il va vite être remplacé par d’autres jeunes. A savoir ce qui va se passer, ce qui va leur arriver à eux aussi. C’est une histoire sans fin. »

Et cet homme déplore encore la machine infernale du chômage et l’attrait de l’argent facile chez les jeunes de la cité. Le point de vente de drogue du bloc B, démantelé au printemps, était un des plus lucratifs de la ville, confirme à RFIle préfet de police et les rivalités - il le constate - sont en place depuis plusieurs mois pour en reprendre le contrôle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail