France

France: «Modern Express», cargo en détresse

Le «Modern Express» est dangereusement couché sur son flanc gauche et menace de chavirer, au large de La Rochelle, le 28 janvier 2016.
Le «Modern Express» est dangereusement couché sur son flanc gauche et menace de chavirer, au large de La Rochelle, le 28 janvier 2016. Handout / MARINE NATIONALE / AFP

Le Modern Express, un cargo de 164 mètre de long battant pavillon panaméen, de retour du Gabon, est à la dérive depuis trois jours au large des côtes francaises et espagnoles. Il est désormais à moins de 300 km de la Rochelle et il menace de chavirer complètement. Les vingt-deux hommes d'équipage ont été évacués. Les opérations de remorquage, débutées dans l'après-midi du vendredi, s'avèrent délicates, voire... dangereuses.

Publicité

Le cargo, immense, est couché sur son flanc, à plus de 50 degrés. Ballottés par des vagues de quatre mètres de haut et des vents violents, les 3600 tonnes de bois de construction et les engins de travaux qu'il transporte auraient brutalement glissé, d'un coup, sur un bord du cargo déstabilisant son équilibre.

Le capitaine lance alors un appel de détresse. Les vingt-deux marins sont évacués, sains et saufs, mais le navire, depuis trois jours maintenant, continue sa dérive, lentement mais sûrement. Il est désormais à mois de 300 km des côtes françaises. Il va donc falloir le remorquer.

Depuis 24 à 36h, on n'observe plus d'évolution, ni de la gite, ni d'enfoncement du bateau.

Louis Xavier Renaud

Sauf qu'étant donnés les mouvements importants de la coque, l'approche par bateau n'a pas été envisagée. C'est donc par hélicoptère que quatre hommes ont été posés sur le navire, en espérant qu'ils arrivent à se déplacer. En effet, c'est un véritable travail d'alpiniste en pleine mer que d'avancer sur ce pont très incliné, très glissant, pour s'amarrer au bateau-remorqueur.

Combien de temps faudra-t-il avant de rejoindre la côte ? Difficile à dire, cela dépendra du comportement du navire une fois tracté. Pour le moment, aucune avarie, aucune voie d'eau n'a été constatée. L'essentiel est que les 480 tonnes de gasoil du Modern Express ne s'échappent pas, ce qui pourrait provoquer une pollution écologique de grande envergure.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail