Accéder au contenu principal
France / Egypte

Attentat du Caire de 2009: des familles dénoncent une enquête bâclée

Un projet d'attentat visant la salle du Bataclan avait déjà été évoqué après l'attentat du Caire de 2009.
Un projet d'attentat visant la salle du Bataclan avait déjà été évoqué après l'attentat du Caire de 2009. AFP/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Sept ans après l’attentat du Caire de 2009, qui avait tué Cécile Vannier, une jeune fille de 17 ans, et blessé 24 autres personnes, dont 17 Français, des familles de victimes interpellent la justice. Pour elles, l’enquête a été bâclée. Elles n'ont cessé d’alerter la justice sur l’existence de filières jihadistes belges. Leur affaire a tristement ressurgi le 13 novembre dernier lors des attentats de Paris et Saint-Denis.

Publicité

Cela fait sept ans que les familles des victimes de l’attentat du Caire se battent pour connaître la vérité. Le 22 février 2009, une bombe rudimentaire explosait à proximité d'un groupe de lycéens français, près de la mosquée Al-Hussein, tuant Cécile Vannier, 17 ans, et blessant 24 personnes, dont 17 Français.

A l’époque, une Française d’origine albanaise est très vite mise en examen dans ce dossier. Et elle évoque le projet d’attentat de Farouk Ben Abbes, un Belge d’origine tunisienne. La cible : la salle de spectacle du Bataclan à Paris. Mis en examen en 2010 dans le cadre de cette enquête, en 2012, l’homme bénéficiera d’un non-lieu faute de charges suffisantes.

Un lien avec les attentats du 13 novembre

Après les attentats du 13 novembre 2015 en région parisienne, Catherine Vannier, la mère de Cécile a tout de suite fait le lien avec celui du Caire. « Quand a lieu cet attentat-là, pour nous c’est une horreur, raconte-t-elle. Ça résonne forcément énormément dans notre tête. Et puis arrivent dans la presse les noms au fur et à mesure, dont celui de Farouk Ben Abbes. Et là on se pose vraiment des questions. On se demande ce qu’ont fait les services de renseignements. Non seulement ils ont bâclé l’attentat du Caire, mais on voit que cet attentat du Bataclan aurait pu être évité. »

Pour elle, les services de renseignements sont obsolètes et ont clairement dysfonctionné. « Les renseignements ont certainement travaillé, ils ont certainement voulu pister tous ces gens-là, ces terroristes. Il connaissait cette filière belge. Ils ne peuvent plus dire qu’ils ne savaient pas. Là je pense que les autorités françaises doivent nous rendre des comptes », estime-t-elle.

La procédure sur l’attentat du Caire a finalement été versée à l’enquête sur les attaques du 13 novembre dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.