Accéder au contenu principal
France

France: des échauffourées à Paris après l'intervention de François Hollande

Un manifestant dissimule son visage lors d'échauffourées place de la République à Paris, le 14 avril 2016.
Un manifestant dissimule son visage lors d'échauffourées place de la République à Paris, le 14 avril 2016. THOMAS SAMSON / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

De nouveaux heurts ont opposé jeudi 14 avril des jeunes à la police lors de manifestations à Paris et dans différentes villes de France, entraînant plus d'une vingtaine d'interpellations. Comme chaque soir depuis deux semaines, des centaines de personnes se sont réunies place de la République à Paris, point de ralliement d'un mouvement de contestation baptisé Nuit debout, où quelques-unes ont suivi, sur un écran installé à la hâte, une interview télévisée en direct du président français.

Publicité

22h30. L'intervention de François Hollande sur France Télévisions est à peine terminée qu'environ 300 manifestants participant au mouvement Nuit debout entonnent : « En marche vers l'Elysée ».

Les dizaines de policiers massés autour de la place de la République dévient leur itinéraire. Le groupe de jeunes, dont certains sont cagoulés se dirigent alors vers le nord de la capitale. Ils sillonnent les rues des Xe et XIXe arrondissements. Une antenne de Pôle Emploi, un supermarché, des Autolib' et du mobilier urbain sont la cible de violences.

Près de la mairie du XIXe, le patron du café le Chaumontois assure avoir vu plusieurs personnes jeter des bouteilles sur les CRS présents sur place. Rapidement, les jeunes très mobiles se dispersent, les forces de l'ordre appelées en renfort arrivent en masse.

Un peu plus tôt dans l'après-midi déjà, place de la République, des échauffourées avaient éclaté. Gaz lacrymogène, grenades assourdissantes : près de la station du métro Stalingrad, les chaises du café le Conservatoire sont dérobées et lancées contre la police. Là encore, les activistes quittent les lieux très rapidement.

Au terme de cette journée agitée, la préfecture de police publie un communiqué tard dans la nuit. Elle précise qu'une enquête est en cours pour identifier tous les auteurs de ces faits et ajoute que « les rassemblements de la Nuit debout offrent à des individus violents l'occasion de commettre des délits en s'introduisant au sein de cortèges importants ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.