Accéder au contenu principal
France

France: le Conseil d’Etat annule l’interdiction du maïs OGM Monsanto 810

Des militants anti-OGM détruisent des sacs de maïs transgénique Monsanto MON810 à Trèbes, près de Carcasonne, le 23 janvier 2012.
Des militants anti-OGM détruisent des sacs de maïs transgénique Monsanto MON810 à Trèbes, près de Carcasonne, le 23 janvier 2012. AFP PHOTO / ERIC CABANIS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Conseil d'Etat français a levé l'interdiction de cultiver la variété de maïs OGM MON810 de Monsanto. Si cette mesure donne de prime abord l'impression que les Français pourraient se retrouver avec du maïs transgéniques dans leurs assiettes, ça ne risque pas d'arriver. Le Conseil d'Etat s'est exprimé sur une directive obsolète, qui a depuis été remplacée par une réglementation européenne.

Publicité

Le maïs transgénique de Monsanto est le seul OGM actuellement autorisé en Europe, mais il ne fera pas son entrée sur le marché français. La culture du maïs génétiquement modifié reste interdite dans l’Hexagone car depuis le 3 mars elle est exclue géographiquement. « Au moment de la demande de réautorisation du maïs MON810, la France a demandé à être exclu géographiquement de la demande d’autorisation et les multinationales concernées n’ont pas réagi dans le temps imparti. Donc ils ont accepté l’exclusion géographique et le MON810 reste interdit en France », explique Patrick de Kochko, coordinateur du Réseau Semences Paysannes, une association anti-OGM. Le Conseil d'état a en fait annulé une directive antérieure à la nouvelle règlementation européenne. Sa décision n'a donc aucun effet.

En revanche, elle a provoqué une réaction immédiate du ministère de l'Agriculture qui, conscient de la sensibilité du sujet, s'est empressé de confirmer que le Monsanto MON810 est effectivement toujours interdit en France. Ségolène Royal a rappelé que moratoire sur les OGM est « durablement garanti sur le territoire ».

Les associations anti-OGM ne se sont donc pas inquiétées. Elles concentrent leur attention sur les OGM dits « cachés », le nouvel eldorado des semenciers industriels. Ce sont des méthodes de modification génétique des plantes moins coûteuses qui pourraient bien être autorisées par la Commission européenne, et beaucoup moins réglementés que les OGM classiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.